Belgique: Dix maisons-closes de Dodo la Saumure fermées par la justice

JUSTICE Dominique Alderweireld, blanchi en juin dans le procès dit du «Carlton» de Lille, n'en avait pas fini avec la justice belge...

Olivier Aballain

— 

Dominique Anderweireld, dit «Dodo la Saumure», le 23 janvier 2013, à Lille (Nord).
Dominique Anderweireld, dit «Dodo la Saumure», le 23 janvier 2013, à Lille (Nord). — M.LIBERT / 20 MINUTES

Les temps sont durs pour « Dodo la Saumure ». Dominique Alderweireld, le tenancier de maisons closes belges, relaxé en juin dans l’affaire dite « du Carlton de Lille », a enregistré la fermeture forcée de dix bars à hôtesses outre-Quiévrain.

>>A lire aussi : Le parquet ne fera pas appel suite au procès du Carlton

La justice belge a finalement tenu à appliquer un jugement rendu en 2013 par la cour d’appel de Mons, le condamnant à cinq ans de prison avec sursis pour proxénétisme aggravé.

Le « 36 » à Tournai et le « Eve » à Mouscron

L’arrêté de fermeture concerne les établissements dont la propriété était attribuée à « Dodo », même s’il s’en défend (ils appartiennent souvent à des « amies »). Parmi eux se trouve le « 36 avenue de Maire » à Tournai, et le « Eve » à Moucron, précise la Voix du Nord.

Pourtant sur le site du journal belge L’Avenir, Dominique Alderweireld se dit officiellement « retraité », et annonce son intention de prouver qu’il n’exploite pas les établissements visés.

Une source judiciaire indique toutefois que la décision de fermeture concerne les locaux eux-mêmes, indépendamment de leur gestionnaire. Selon L’Avenir, les « filles du 36 » se sont de toute façon repliées dans un autre local, tout près de là. Lequel appartiendrait, lui aussi, à « une amie » du jeune retraité.