Pas-de-Calais: Une carte sonore pour les aveugles dans les restaurants de St-Omer

INITIATIVE C’est la Jeune chambre économique qui est à l’origine de cette initiative unique en France…

Mikael Libert

— 

Les kits de cartes sonores inventés par le JCI de St-Omer.
Les kits de cartes sonores inventés par le JCI de St-Omer. — JCI

Ecouter ce que l’on va manger. Ce lundi, la Jeune chambre économique (JCI) met en place un dispositif de menus sonores pour les déficients visuels dans une vingtaine de restaurants de St-Omer et des communes alentour.

Unique en France

Le concept semble tellement évident que l’on a peine à croire qu’il est unique en France : mettre à disposition des déficients visuels des « cartes sonores » dans les restaurants. « Lorsque l’on est aveugle, le geste simple de commander un plat peut vite devenir problématique si l’on n’a pas un ami ou un voisin de table conciliant pour lire la carte », explique Emilie Ducourant de la JCI.

En partenariat avec la Maison des aveugles, la JCI a monté ce projet. Sur un dictaphone numérique un peu amélioré, le restaurateur enregistre tout simplement son menu. « Au minimum, il faut le nom du plat, son prix et un numéro, plus facile à mémoriser qu’un nom compliqué, poursuit Emilie Ducourant. Pour les cartes avec peu de plats, il peut même y avoir une description ».

L’appareil utilisé est un des rares dictaphones sur le marché avec des touches en relief. « Nous lui ajoutons des petites perles collées sur les boutons pour que le mal voyant s’y retrouve encore plus facilement ».

Le braille est trop peu développé

Pour la Fédération des aveugles de France, « c’est une excellente initiative » qui rend la sortie au restaurant plus facile. Une carte sonore, plutôt qu’une carte en braille, permet de toucher un plus grand nombre de personnes : « Sur les 1,7 millions de déficients visuels, moins de 3 % lisent le braille », explique-t-on à la Fédération des aveugles de France.

Les kits de cartes sonores seront distribués, ce lundi, aux 18 restaurateurs que la JCI a su convaincre. Vendu à 60 euros pièce, le kit est composé du fameux dictaphone et d’autocollants du logo pour identifier le restaurant comme participant à l’opération. Sur la vingtaine d’établissements contactés par la JCI, seuls deux ont refusé d’adopter la carte sonore. « Ils ont dit que ça ne leur servirait à rien car ils n’avaient pas d’aveugles parmi leur clientèle », déplore Emilie Ducourant.