Lille: Ubisoft mise sur le bien être avec «O.Zen»

INNOVATION Le créateur français de jeux vidéo s’attaque au domaine de la santé…

M.L. avec AFP

— 

O.Zen a été développé à Lille.
O.Zen a été développé à Lille. — Ubisoft

Le groupe français Ubisoft, connu pour ses jeux vidéo « Assassin’s Creed » ou « Lapins Crétins », fait son entrée sur le marché des objets connectés à travers un capteur et une application centrés sur le bien-être.

Cinq ans de développement

Pour développer ce projet, cinq années ont été nécessaires au sein d’une cellule à Lille. Ce programme, baptisé « O.Zen », repose sur le principe de la cohérence cardiaque, censée permettre une meilleure gestion du stress grâce à une respiration mieux maîtrisée.

Il fait appel à un capteur se plaçant sur l’index et à une série d’exercices et de petits jeux contenus dans une application à télécharger. Pour le moment, il est uniquement disponible pour les appareils mobiles d’Apple, mais des versions pour Android sont prévues.

« O.Zen » est le fruit d’un travail commun liant Ubisoft et Frédéric Kochman, médecin pédopsychiatre dont le frère, Sébastien, est directeur créatif au sein du groupe de jeux vidéo.

« Nous avons passé un long moment à tester le produit car cela touche à la santé. Nous avons aussi reçu un agrément de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) car il y a des données personnelles qui sont sauvegardées », a expliqué à l’AFP Georges-Emmanuel Yacoub, chef de projet au sein de l’équipe de production.

Etendu a d’autres jeux vidéo ?

L’éditeur français n’exclut pas à l’avenir d’utiliser son capteur à d’autres fins, potentiellement dans le jeu vidéo, mais souhaite d’abord se concentrer sur le lancement de cette première initiative, seulement disponible en France pour l’instant.

Ce n’est pas la première fois qu’Ubisoft s’intéresse au domaine de la santé. Début 2015, il avait annoncé le développement d’un jeu vidéo destiné au traitement de l’amblyopie, un symptôme oculaire plus connu sous le nom de « l’œil paresseux ».

Ce projet doit encore obtenir l’approbation des autorités sanitaires américaines (FDA) avant d’être lancé sur le marché américain afin que des séances de ce jeu puissent être prescrites par un médecin.