Nord: Et si les friches industrielles se transformaient en champs photovoltaïques...

ENERGIE Une entreprise basée à Béziers cible les terrains en reconversion industrielle pour installer des champs photovoltaïques ou d'éoliennes...

Gilles Durand

— 

La centrale de Bétheniville, entre la Marne et les Ardennes est une reconversion d'une ancienne distillerie.
La centrale de Bétheniville, entre la Marne et les Ardennes est une reconversion d'une ancienne distillerie. — Quadran

Il s’agit de son premier projet photovoltaïque dans la région. La société Quadran, dont le siège est installé à Béziers, envisage de construire une centrale photovoltaïque sur une friche industrielle à Pont-sur-Sambre, dans l’Avesnois, rapporte La Voix du Nord. « Les dossiers doivent être déposés d’ici à la mi-novembre », précise Charles Lhermitte, directeur Nord Est de cette entreprise spécialisée dans l’énergie solaire et éolienne.

Anciennes carrières ou décharges

La particularité de l’entreprise, à en croire ce dernier, est « de ne pas concurrencer d’autres usages comme le logement ou l’agriculture ». Ce qui n’a pas empêché l’entreprise de se voir retoquer un projet de parc d’éoliennes près des champs de bataille de Verdun, l’an dernier.

« Nous ciblons les friches, industrielles ou non, comme les anciennes carrières et décharges, par exemple. C’est notre créneau », assure Charles Lhermitte. Et dans la région Nord-Pas-de-Calais, le potentiel est grand.

En concurrence avec la Corse pour le photovoltaïque

« Mais il ne suffit pas d’une friche pour en faire un champ photovoltaïque ou d’éoliennes, précise-t-il. Il faut que le projet soit rentable et nous sommes soumis à la concurrence de centrales en Corse, par exemple, où il y beaucoup plus de soleil »

L’idéal est que le site se trouve à proximité immédiate du réseau pour pouvoir se raccorder plus facilement. « Pour l’entretien, nous signons des accords avec des éleveurs pour faire entretenir le terrain par des moutons », poursuit le directeur de Quadran.

Mis à part le site de 17,3 ha (53 terrains de foot) à Pont-sur-Sambre, lequel doit permettre d’alimenter une commune de 10.000 habitants, l’entreprise vise « deux autres sites très propices dans le Nord et dans le Pas-de-Calais » pour installer deux nouvelles fermes solaires.