Nord: Des boulettes de fioul ont été découvertes sur le littoral

ENVIRONNEMENT On ne sait pas encore si cette découverte est liée au naufrage d’un cargo au large de la Belgique, mais une plage du Dunkerquois a été touchée par des boulettes de fioul…

G.D.

— 

Le cargo naufragé au large de Zeebruges.
Le cargo naufragé au large de Zeebruges. — Capture d'écran RTBF

Pas de marée noire, mais des boulettes de fioul. Certaines ont commencé à s’échouer sur les plages de Malo et d'Oye-Plage, selon La Voix du Nord. « Ces arrivages ont touché environ 3.500 m2 et l’on pouvait dénombrer une moyenne de 30 à 40 boulettes de la taille d’une pièce de 2 euros par m2 », souligne la préfecture maritime.

Analyse des boulettes de fioul

Cette pollution a été constatée par les pompiers, mercredi soir. Un kite surfeur et des pratiquants de longe côte (marche dans l’eau) avaient donné l’alerte, confrontés au phénomène.

« Il faut être prudent sur les liens de cause à effet : le détroit est une zone très fréquentée par les navires de commerce. Les origines de cette pollution sont potentiellement nombreuses. Un prélèvement de ces boulettes a été fait. Il est en cours d’analyse », précise la préfecture maritime.

Une question de mesure

Cette dernière l’assure : il n’y aura pas de marée noire sur les côtes du Nord-Pas-de-Calais. Tout est une question de mesure. Entre 100 et 200 tonnes d’hydrocarbures se sont échappées du Flinterstar, le cargo néerlandais naufragé le 6 octobre, au large de la Belgique. Cette quantité d’hydrocarbure correspond à un dégazage sauvage.

« On n’est pas du tout dans un scénario de marée noire qui correspondrait à 20.000 ou 30.000 tonnes de fioul déversées », confie la préfecture maritime. La grosse nappe de pollution reste, pour l’instant, stabilisée autour de l’épave du cargo. « Ce sont les autorités belges qui se chargent de l’opération. On ne sait pas combien de temps cela va durer », explique-t-elle.