RC Lens : Quand Gervais Martel règle ses comptes avec Daniel Percheron

FOOTBALL Le président du RC Lens a répondu dans un communiqué au président de la région qui est allé voir Hafiz Mammadov, actionnaire majoritaire du club, sans le prévenir...

Francois Launay

— 

Daniel Percheron et Gervais Martel lors de la pose de la première pierre du Louvre-Lens le 4 décembre 2009.
Daniel Percheron et Gervais Martel lors de la pose de la première pierre du Louvre-Lens le 4 décembre 2009. — M.Libert / Archives 20 Minutes

Le temps de l’entente cordiale semble bel et bien terminé. Il y a trois mois, Daniel Percheron, président de la région Nord Pas-de-Calais et supporter du RC Lens, accompagnait Gervais Martel, le président du club lensois, devant la DNCG pour plaider la cause du Racing, finalement maintenu en Ligue 2. Depuis cette union sacrée, les liens se sont progressivement distendus entre les deux hommes.

Percheron a rencontré Mammadov sans prévenir Martel

Premier à avoir publiquement allumé la mèche, Daniel Percheron a annoncé lundi sur France Bleu Nord s’être rendu en Azerbaïdjan la semaine dernière pour rencontrer Hafiz Mammadov, actionnaire majoritaire du club depuis juillet 2013. Accompagné de Xavier Thuilot, qui a quitté cet été son poste de directeur général adjoint du RC Lens, le président de la région Nord Pas-de Calais a demandé à l’homme d’affaires azéri d’ouvrir le capital du club.

Mammadov serait d’accord pour ouvrir le capital du club

Si rien n’a été signé, Mammadov aurait donné son accord pour diminuer ses parts de 99,9 % à 98 %. Le reste du capital étant apporté par des actionnaires publics à savoir des supporters et des entrepreneurs. Hafiz Mammadov aurait aussi accepté de venir inaugurer le stade Bollaert, récemment rénové, au mois de novembre.

Sauf que Gervais Martel, qui détient 0,1 % du club, n’a pas été mis au courant de cette initiative. Une chose que le président lensois n’a pas appréciée comme en témoigne le communiqué publié ce mercredi sur le site officiel du club. « Il (Gervais Martel) trouve surprenant que cette démarche ait pu avoir lieu sans qu’il en ait été informé au préalable par M. Daniel Percheron, a fortiori en présence d’un ancien salarié du club ».

Martel rappelle la défaillance de son actionnaire principal

S’il dit (ironiquement) se féliciter de cette démarche, Gervais Martel, critiqué pour sa gestion du club, assure que celle-ci « n’a rien d’opaque, étant entendu que sa situation financière fait l’objet comme chacun le sait, d’un examen rigoureux et périodique par la DNCG et que son budget a dû être adapté à la défaillance de son actionnaire principal au cours des douze derniers mois après examen attentif par la DNCG ».

La guerre des chefs est lancée

Voilà pour le petit tacle à Hafiz Mammadov dont les problèmes financiers ont animé les derniers mois de l’actualité lensoise. Pour le reste, la guerre des chefs semble bien avoir débuté au RC Lens. Si Gervais Martel est toujours aux commandes, l’initiative lancée par Daniel Percheron, qui affirme ne pas être intéressé par un poste de président du club, donne l’impression de vouloir faire sortir du jeu le dirigeant lensois. Un énième épisode dans un feuilleton qui multiplie les rebondissements depuis trois ans. Et dans ce jeu de poker menteur, il est de plus en plus difficile de savoir qui dit vrai…