Lille: Quand la pollution aux poussières s'invite le dimanche

ENVIRONNEMENT Les concentrations en poussières restent supérieures au seuil réglementaire dans toute l'agglomération lilloise...

Olivier Aballain

— 

Concentration en particules dans l'agglomération lilloise le 4 octobre 2015
Concentration en particules dans l'agglomération lilloise le 4 octobre 2015 — Atmo Nord-Pas-de-Calais

Dommage pour les sorties en ce beau week-end d’automne. La qualité de l’air dans la métropole lilloise va rester médiocre tout ce dimanche, en raison de la stagnation des poussières dans l’atmosphère.

Au niveau régional, l’association Atmo Nord-Pas-de-Calais a certes clos l’épisode de pollution répertoriré samedi, puisque le niveau moyen de concentration des particules (PM10) est passé en dessous de 50 microgrammes par mètre cube d’aire (µg/m³). Mais dans l’agglomération lilloise, la concentration en poussières oscille encore partout entre 60 et 80 µg/m³.

Pas d’amélioration à Lille avant lundi

A de tels niveaux, les autorités conseillent aux personnes sensibles (notamment les personnes âgées ou malades) de limiter leur activité physique pour éviter l’irritation des voies respiratoires.

>>A lire aussi : Les conseils d’un pneumologue pour atténuer les effets de la pollution

En général, l’activité industrielle plus faible et la circulation moins intense favorisent une décrue des concentrations pendant le week-end. Toutefois l’évacuation des particules est compliquée, ces jours-ci, par la stabilité des masses d’air (vent faible) et les températures matinales assez basses (l’air est piégé au sol par un couvercle froid).

La situation pourrait paradoxalement s’améliorer lundi, grâce à l’arrivée de quelques averses dans l’après-midi.

Samedi, Christiane Bouchart, vice-présidente (EELV) de la métropole lilloise (MEL) en charge de la Qualité de l’air, a demandé à la préfecture du Nord d'« anticiper les épisodes prolongés, en mettant en place des mesures sur la circulation alternée dès le premier jour du pic de pollution ».

Il ne faut pas désespérer : dans le bilan de l’année 2014 dressé il y a quelques jours, l’organisme Atmo faisait état d’une amélioration globale de la qualité de l’air dans la région.