Ligue 1: Nantes se relance et enfonce Lille

FOOTBALL Les Canaris se sont imposés mardi dans le Nord (0-1) lors d'un match en retard de la septième journée de Ligue 1...

Francois Launay
— 
Jules Iloki a donné la victoire au FC Nantes
Jules Iloki a donné la victoire au FC Nantes — F. Elsner / SIPA

Difficile de faire plus mauvaise pub pour le foot. Programmé en début de semaine à une heure (18h30) où les gens pensent surtout à sortir du boulot plutôt que d’aller au stade, ce match en retard de la septième journée n’aura pas passionné les foules. Que les absents se rassurent, ils n’ont pas manqué grand-chose dans cette rencontre de mal classés. Mais entre Lille et Nantes, le plus malade est sans aucun doute le club nordiste.

L’effet Hervé Renard se fait toujours attendre

16e de Ligue 1, le LOSC n’a remporté qu’un seul de ses huit matchs de championnat. L’effet Hervé Renard, arrivé cet été dans le Nord, se fait toujours attendre. Venu pour redonner du lustre à un club ennuyeux, le coach lillois se retrouve désormais à la tête de l’équipe la plus inoffensive du championnat.

Avec deux buts marqués depuis le début de saison, Lille a la pire attaque de France. Une inefficacité que les Lillois ont encore affichée mardi soir. « On n’a pas encore réussi à marquer malgré 22 tirs et de multiples corners. Il faut faire preuve de persévérance, s’accrocher, et rester solidaires. Il y aura des jours bien meilleurs. Il ne faut pas céder à la panique, ça ne sert à rien », assure l’entraîneur lillois.

Nantes retrouve le sourire

Même si le LOSC jouera gros vendredi à domicile contre Montpellier (18e) dans un nouveau match de la peur. Une peur dont s’est débarrassée le FC Nantes pendant au moins quelque temps. S’ils n’auront pas eu à forcer leur talent pour aller chercher leur première victoire de la saison à l’extérieur, les Nantais se donnent de l’air. Grâce au but rapide d’Iloki (6e), les Canaris mettent un terme à leur série noire de quatre défaites d’affilée.

Avec désormais six points d’avance sur la zone rouge, Michel Der Zakarian retrouve le sourire. « Je suis très heureux. Même si on a souffert, on a su rester rigoureux et concentré jusqu’au bout. C’est un beau cadeau pour la Saint-Michel » sourit le coach nantais qui aimerait prolonger la fête au moins jusque samedi, date d’un périlleux déplacement à Nice.