Mondial militaire: José Saez s'engage dans l'armée française

FOOTBALL L'ex-joueur de Valenciennes part disputer le championnat du monde militaire avec l'équipe de France...

Francois Launay

— 

Le milieu de terrain José Saez (32 ans) a joué dix ans à Valenciennes.
Le milieu de terrain José Saez (32 ans) a joué dix ans à Valenciennes. — M;Libert / 20 Minutes

Lieutenant José Saez au rapport. Mercredi, l’ex-joueur de Valenciennes va embarquer barda et treillis direction la Corée du Sud pour une mission militaire de trois semaines. Rassurez-vous, celui qui n’a fait qu’une journée de service dans sa vie ne va pas prendre les armes mais bien défendre les couleurs de l’équipe de France au championnat du monde militaire. Accompagné de Wilfried Dalmat, Jean-François Bedenik ou encore de Julien Outrebon, le milieu de terrain de 33 ans, actuellement sans club, fait partie des six joueurs professionnels au chômage auxquels les militaires ont droit pour renforcer leur équipe. Avant de vivre cette expérience rare, il nous raconte à quoi ressemble la vie de caserne après plus de treize ans de carrière professionnelle.

Les coéquipiers : militaires. « Il y a des légionnaires, des gradés, des jeunes qui jouent très bien au foot. C’est bizarre de se dire que les mecs avec qui tu joues peuvent partir du jour au lendemain à la guerre »

L’ambiance dans le vestiaire : pas militaire. « Ça déconne et ça chambre beaucoup. Ça ressemble à un vestiaire de club. Ça se chambre beaucoup. Même si quand tu vois un légionnaire, t’hésites un peu à chambrer. Les mecs font quand même des arts martiaux (rires) »

La coupe de cheveux : militaire. « Nos coéquipiers doivent se raser tous les jours. Et nous, on va peut-être être obligés de faire ça. Vu que j’ai les cheveux longs, ça va me faire bizarre. »

L’entraîneur : militaire « Avec le coach, tu ne rigoles pas. Il n’y a pas de garde à vous mais on lui serre la main. Nos coéquipiers militaires lui répondent par « oui chef ». C’est nettement plus sérieux qu’en club »

La cantine : pas militaire. « C’est le Flunch en dix fois mieux. C’est très bon. On ne mange pas de fayots ou des trucs comme ça »

Les chambres : pas militaires. « Je m’attendais à ce qu’on dorme dans un dortoir mais en fait chacun a sa chambre à Fontainebleau où il y a un centre d’entraînement ultra-moderne. Au Mondial, on sera deux par chambre en mixant avec un réserviste et un militaire »

Le salaire : pas militaire. « Tu es rémunéré à la journée. On touche 90 euros par jour. Franchement, c’est très correct surtout qu’on est logé, nourri, blanchi et le billet d’avion pour la Corée est payé »

L’ambition : militaire. « Il faut gagner le titre mondial car la France a été sacrée championne d’Europe l'année dernière. Mais ce ne ne sera pas évident car des équipes mettent les meilleurs espoirs du pays comme en Corée du Sud où le service militaire est obligatoire »