Calais: Davantage de places d'accueil et de policiers

MIGRANTS La préfecture du Pas-de-Calais et le gouvernement ont annoncé des mesures…

M.L. avec AFP

— 

L'entrée du centre d'accueil Jules Ferry, à Calais.
L'entrée du centre d'accueil Jules Ferry, à Calais. — Olivier Aballain / 20 Minutes

Mardi, des mesures concernant les migrants à Calais ont été annoncées par l’Etat. Il y aura davantage de places dans le centre Jules Ferry et des renforts policiers doivent arriver.

Cent places supplémentaires

« Nous hébergeons actuellement 114 femmes et enfants, (…) nous allons augmenter ces capacités d’accueil de 100 places, donc les doubler », a affirmé Fabienne Buccio lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre avec les associations d’aide aux migrants.

Ancien centre aéré, le centre Jules Ferry, dit « d’accueil de jour », permet aux migrants de manger, de prendre une douche ou de recharger un portable de midi à 19h. Les places d’hébergement de nuit sont réservées aux femmes et aux enfants.

En novembre ou décembre

Afin d’en héberger 100 de plus, deux modulaires supplémentaires seront construits à l’arrière du centre. « Ça n’arrivera qu’en novembre ou décembre car nous faisons du sur-mesure », a expliqué la préfète.

Par ailleurs, le « lieu de vie » à l’intérieur du centre sera agrandi en janvier, et un toit couvrant la file d’attente sera installé à l’extérieur dans les prochaines semaines, a-t-elle ajouté. Enfin, la préfète a annoncé le doublement depuis septembre du personnel soignant présent à Jules Ferry.

Renforts de police

Mardi aussi, les syndicats de policiers ont été reçus à la direction générale de la police nationale (DGPN) afin de faire le point sur la sécurité du site du tunnel sous la Manche.

Le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, a annoncé des « renforts » d’effectifs « pérennes d’une vingtaine de policiers » au commissariat de police de Calais et « de moyens supplémentaires » pour les policiers sur le site, ont indiqué à l’AFP des sources syndicales à l’issue de la réunion.

« Cela va dans le bon sens », ont réagi Alliance (premier syndicat de gardiens de la paix) et Synergie (second syndicat d’officiers), qui ont aussi réclamé des « effectifs supplémentaires » à la police aux frontières (PAF) et « dans la police d’investigation ».