Nord: Que deviennent les œuvres de la «Ferme aux avions»?

PATRIMOINE On en sait un peu plus sur le devenir des créations d’Arthur Vanabelle…

Mikaël Libert

— 

Une partie des oeuvres de la Ferme aux avions a été récupérée.
Une partie des oeuvres de la Ferme aux avions a été récupérée. — M.Libert / Archives 20 Minutes

Patrimoine en suspens. Un an après le décès du créateur de la « Ferme aux avions », que deviennent ses œuvres que des générations de nordistes ont pu apercevoir en empruntant l’autoroute A25 ? Le maire de Steenwerck, la commune où habitait l’artiste, dévoile une partie du mystère.

Avions, masques, épouvantails et même un char, le tout fabriqué uniquement grâce à la récup par un nordiste passionné, Arthur Vanabelle. La question de la préservation de toutes ces œuvres, exposées devant, derrière et sur le toit de sa ferme, à Steenwerck, s’était posée après l’entrée en maison de retraite de l’artiste bricoleur, en 2013. Mais le problème est devenu plus pressant après sa mort, en septembre 2014, et la mise en vente de la « Ferme aux avions ».

« Il m’a dit de prendre ce que je voulais »

« Ce n’était vraiment pas envisageable pour notre seule commune de racheter et d’entretenir la propriété, regrette le maire de Steenwerck, Joël Devos. Et les collectivités locales n’ont pas suivi ». La ferme a été vendue à un particulier et, faute de pouvoir préserver l’œuvre « in situ », le maire a reçu l’accord du frère d’Arthur Vanabelle pour récupérer ce qui pouvait l’être. « Je suis allé le voir à la maison de retraite et il m’a dit de prendre ce que je voulais ».

Et donc Joël Devos a pu sauver de l’usure du temps une vingtaine de pièces. « On a récupéré un panel d’œuvres comme des maquettes d’avions, des masques et quelques épouvantails ». Certaines choses sont restées sur place, trop abîmées ou intransportables, à l’image du char qui trône dans la cour intérieure de la ferme.

Une place au musée de la vie rurale

Ce trésor d’art naïf a été soigneusement entreposé dans un local de la mairie en attendant de connaître des jours meilleurs. « Il y a pas mal de choses à restaurer ou a remettre en état », confie le maire qui va déléguer cette tâche à des « agents municipaux bricoleurs ». Et d’ailleurs, les jours meilleurs ne sont peut-être pas si loin. Joël Devos promet que les sculptures d’Arthur Vanabelle trouveront leur place au musée de la vie rurale. « Il y a un projet d’extension du musée qui devrait se faire en 2017 et certaines œuvres d’Arthur y seront exposées », déclare l’élu.