Lille: Les élèves-ingénieurs de l'ISEN devront réussir le test d'orthographe Voltaire

ÉDUCATION Une école d'ingénieurs en électronique rend obligatoire l'obtention du Certificat Voltaire...

Olivier Aballain

— 

Des élèves de l'ENPJJ (Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse).
Des élèves de l'ENPJJ (Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse). — M.Libert / Archives 20 Minutes

C’est un moyen radical de rehausser le niveau d’orthographe des futurs ingénieurs. L’école supérieure d’électronique ISEN, basée à Lille, Brest et Toulon, a décidé de rendre le certificat Voltaire obligatoire pour l’obtention de son diplôme.

Relire notre article : Pourquoi les étudiants sont-ils nuls en orthographe ?

Dorénavant, les futurs ingénieurs devront satisfaire au test d’orthographe du Projet Voltaire. L’école a déjà mis en place l’entraînement Voltaire en 2013, après avoir reçu plusieurs retours négatifs d’entreprises et encadrants de stages sur les fautes de français des élèves ingénieurs. « La question s’est alors posée de remettre les élèves à niveau », précise l’ISEN.

Condition « Sine qua non » à l’obtention du diplôme

En pratique, les élèves seront soumis au test à l’entrée de la 2e année de prépa, après un an d’entraînement. Ceux qui ne dépasseront pas les 500 points seront priés de remettre le couvert l’année suivante, car l’obtention du Certificat Voltaire est devenue une condition « sine qua non », assure l’ISEN, à l’obtention du diplôme.

Pour Frédérique Grumetz, la responsable du département « Formation humaine, économique et sociale » de l’école, cette inscription obligatoire est « un véritable service rendu aux étudiants, cela leur permet de gagner en crédibilité dans le monde de l’entreprise ».Selon l'école, les parents sont «ravis».

Espérons que les étudiants eux-mêmes partagent cet enthousiasme : dans la promotion 2014-2015, seuls 60 % des 77 candidats au test ont atteint les fameux 500 points. Mais pour Frédéric Grumetz, ils ne consacraient pas assez de temps à l'entraînement. «En rendant le test obligatoire, on veut leur faire comprendre à quel point c'est important.»

Qu’ils se consolent : l’ISEN n’est pas la seule école à adopter cette stratégie.