Eurobasket: Fan de camping et déconneur, Nando De Colo raconté par les siens

BASKET L'arrière meneur de l'équipe de France est l'un des meilleurs Bleus depuis le début de la compétition...

Francois Launay

— 

Nando de Colo lors de France-Israël le 10 septembre 2015.
Nando de Colo lors de France-Israël le 10 septembre 2015. — AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS

Plus que tous ses coéquipiers, Nando De Colo joue vraiment l’Euro à domicile. Antre de la phase finale, où la France affrontera mardi la Lettonie en quart de finale, le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq n’est situé qu’à 70 kilomètres de Rivière, petite commune du Pas-de-Calais où a grandi le joueur de 28 ans.

Une proximité qui permet à ses parents, sa femme et sa fille d’assister à tous les matchs des Bleus cette semaine. Son père Bruno et son agent Wassim Boutanos nous révèlent la face cachée de ce joueur qui, avec ses 12 points et 5 rebonds de moyenne par match, n’est pas loin d’éclipser Tony Parker depuis le début de l’Euro…

De Colo, l’austère qui se marre

Homme de peu de mots, Nando De Colo donne souvent l’impression en public d’être très réservé. Une image de taiseux qui ne colle pas forcément à la réalité. « Ce n’est pas quelqu’un qui va monter sur une table et danser, mais il sait se lâcher. S’il faut mettre l’ambiance, il sait le faire. Il est capable d’organiser des jeux pour toute la famille. Il est très joueur », assure son père.

« Il y a deux personnages : Nando à la scène qui a une image d’introverti. Et Nando en privé qui est un vrai déconneur. Il a plein d’humour et chambre beaucoup. Il n’est pas du tout austère. Au contraire, il adore raconter des conneries », confirme Wassim Boutanos, son agent depuis 2007.

De Colo, le ch’ti 

S’il a quitté le Nord dès l’âge de 15 ans pour rejoindre le centre de formation de Cholet, Nando De Colo n’a jamais oublié d’où il venait. Très attaché à sa région, le joueur a créé des camps d’été à Arras mais aussi à Orchies, club de Pro B, dont il est actionnaire depuis l’an dernier.

« Il est vraiment très attaché à ses racines. Ça se traduit par des retours systématiques chez ses parents dès qu’il a une semaine disponible. Il n’a jamais envie d’y couper », explique Wassim Boutanos.

De Colo, l’homme qui débarque à Noël sans prévenir

Quitte à débarquer même quand on ne l’attend pas comme l’an dernier. « Le jour de Noël, on a tapé à la porte et Nando, sa femme et sa fille sont entrés dans la maison. On ne s’y attendait pas du tout car il voulait nous faire une surprise. On l’avait eu la veille via WhatsApp pour gérer les cadeaux mais il ne nous avait pas dit qu’il venait. On pensait qu’il resterait à Moscou pour les fêtes. C’était le plus beau cadeau. Un superbe moment », se souvient son père très ému.

Ancien joueur, entraîneur et toujours dirigeant au club d’Arras Ouest, Bruno De Colo et sa femme, ancienne joueuse elle aussi, ont une part prépondérante dans la carrière de leur fils, « On peut légitimement parler de clan De Colo au sens familial du terme. Son père, sa mère et ses trois sœurs, qui jouent aussi, sont très impliqués dans le basket », résume l’agent du joueur

De Colo, le fan de camping

Aux hôtels de luxe de Miami, Nando De Colo préfère le camping de Fréjus. C’est en tout cas là qu’il a passé une semaine de vacances en juin dernier avec sa famille. « Il ne part pas non plus en mobil-home mais ça fait partie de ses habitudes familiales. Il y a une vraie simplicité chez lui. Ce n’est pas le genre de mec à aller dans les hôtels de luxe et à rouler en voiture de sport. Ce n’est pas qu’il n’aime pas ça mais c’est juste un réflexe. Il n’y a pas de quête de luxe chez lui », affirme Wassim Boutanos.

De Colo, le grand bosseur. 

Révélation de l’Euro où il s’est imposé dans le cinq majeur, Nando De Colo est sans doute pour l’instant le meilleur joueur français de la compétition. Tout sauf une surprise pour son père : « S’il en est arrivé là, c’est grâce au travail. Les gens ne se rendent pas compte du boulot effectué. Nando est quelqu’un qui se fixe de nouveaux challenges et ne repose pas sur ses acquis. Il sait vraiment où il va ».

De Colo, de retour en NBA ? 

Après une expérience mitigée en NBA (San Antonio Spurs, Toronto Raptors) où il a très peu joué, De Colo est revenu en Europe en août 2014 où il s’est parfaitement relancé au sein du CSKA Moscou. Avec le club russe, le Nordiste est devenu l’un des meilleurs joueurs de l’Euroligue. Fort de cette confiance retrouvée, le joueur est désormais incontournable chez les Blues De quoi entendre de nouveau les sirènes américaines.

« Sa première expérience en NBA a été douloureuse et en même temps très profitable. Mais il y a un sentiment d’inachevé. C’est toujours dans un coin de sa tête. Il a encore un an de contrat au CSKA Moscou. Après, il pourrait aussi rester en Europe. Mais je vous avoue qu’un certain nombre de franchises NBA se sont déjà renseignées. On en discutera ensemble cet hiver », avoue Boutanos. Si De Colo continue de planer à cette altitude jusqu’à la fin de l’Euro, le choix risque d’être vaste pour l’été 2016.