Loos-Lez-Lille: Après plusieurs agressions, Transpole ne dessert plus les Oliveaux

SÉCURITÉ « Délaissé par l’Etat », le quartier est victime d’un véritable problème d’insécurité…

Mikael Libert

— 

Un bus dans le quartier des Oliveaux, à Loos-Lez-Lille.
Un bus dans le quartier des Oliveaux, à Loos-Lez-Lille. — Google Maps

C’était la goutte d’eau. Après deux agressions de chauffeurs en trois jours, les bus de Transpole ne desservent plus le quartier des Oliveaux, à Loos, près de Lille, jusqu’à nouvel ordre. Impuissante, la mairie ne se sent pas soutenue par l’Etat.

Une conductrice blessée au visage dimanche matin, un chauffeur roué de coups mardi soir. Le tout, dans un seul et même quartier : les Oliveaux. Les syndicats de Transpole ont dit « stop ». En accord avec leur direction, ils ont décidé de suspendre la desserte des arrêts de la Liane n°2 dans ce quartier de Loos. « Les bus ne s’arrêteront plus aux Oliveaux tant que la sécurité des personnels ne sera pas assurée », déclare Patrick Landry, du syndicat Sud. La direction de Transpole confirme la suspension de la desserte « au moins jusqu’à vendredi », jour de la tenue d’un CHSCT extraordinaire sur la situation.

« Guérilla urbaine »

L’affaire est déjà remontée jusqu’au cabinet du maire où l’on est bien conscient des problèmes rencontrés dans ce quartier qui regroupe 7000 habitants. « Depuis juin dernier, c’est la guérilla urbaine », se désole Anne Voituriez, maire (DVD) de Loos. Cependant, l’élue comprend la décision de Transpole qui était pourtant l’un des derniers services publics encore présents aux Oliveaux. « Quelques individus terrorisent tout le monde. Ils ont commencé par caillasser la police, agresser les pompiers. Il y a des rodéos, des voitures qui brûlent sans arrêt et, début septembre, on a retrouvé des cartouches près d’une école », poursuit Anne Voituriez.

Les Oliveaux ne sont pas classés en Zone de sécurité prioritaire (ZSP) et, en mairie, on se désole de n’être justement « pas une priorité » pour la police. « La sécurité du quartier passe après celle des grands événements comme la braderie de Lille », explique l’élue.

Deux cars de CRS ont patrouillé aux Oliveaux, entre 14h et minuit, mardi. Mais, ce que la mairie réclame, ce sont des renforts pérennes. C’est ce qu’Anne Voituriez va tenter d’obtenir auprès du préfet du Nord, ce mercredi, lors d’un entretien programmé avec son directeur de cabinet.