Nord: Pour faire face à l'afflux de migrants, le maire de Grande-Synthe veut des moyens

SOCIÉTÉ Selon l’élu, la population du camp sur sa commune a été presque multipliée par dix…

M.L. avec AFP

— 

Des migrants attendent la distribution des repas sur le port de Calais (illustration).
Des migrants attendent la distribution des repas sur le port de Calais (illustration). — M.Libert/20 Minutes

Mardi, le maire Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de Grande-Synthe, Damien Carême, a réclamé le soutien des pouvoirs publics pour faire face à l’afflux de réfugiés dans sa commune.

« On est passé de 60 à 500 réfugiés »

« L’intention ne suffit pas, il faut des actes et nous, les actes, on les attend. Aujourd’hui, le camp de réfugiés de Grande-Synthe sature, on est passé de 60 à 500 réfugiés » depuis cet été et l’adoption de mesures de sécurité renforcées à Calais, a déclaré l’élu lors d’une conférence presse.

Le Réseau des élus hospitaliers Nord-Pas-de-Calais, dont il a été élu président mardi, « va interpeller le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, le préfet de région, le préfet du Pas-de-Calais, tout le monde, parce que les associations ont besoin de moyens », a poursuivi le maire écologiste, assurant toutefois qu’il « n’y a pas eu du tout d’incivilités supplémentaires » depuis l’arrivée en masse de migrants.

A Lire aussi: Lille va accueillir 100 réfugiés

« Depuis sept ans, je mets en œuvre des conditions d’accueil des réfugiés dignes de leur condition d’être humain sur ma commune… sans qu’aucun élu socialiste ne propose de m’aider et d’en accueillir lui aussi ! » avait aussi raillé l’élu dans un communiqué en réponse à l’appel du responsable du premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis de constituer « un réseau de villes solidaires » qui s’engageraient à accueillir des réfugiés.

« Le PS tente de récupérer la situation »

« Je l’ai fait, loin des feux médiatiques, bien avant que la presse ne publie cette abominable image de cet enfant noyé sur une plage turque et que l’opinion publique s’en émeuve, ouvre enfin les yeux et que le PS tente de récupérer la situation », avait ajouté cet ancien membre du PS, qu’il a quitté fin 2014.

A quelques kilomètres de Grande-Synthe, le maire de Téteghem, Franck Dhersin, avait lui aussi réclamé à l’Etat, début septembre, des moyens financiers et humains pour gérer l’afflux de migrants dans sa ville.