Nord: Le département veut-il la peau des travailleurs sociaux?

SOCIAL Le président du département, Jean-René Lecerf, souhaite que les travailleurs sociaux modifient leur façon de travailler avec les allocataires du RSA…

Gilles Durand

— 

Le centre de formation de Caudry.
Le centre de formation de Caudry. — Chambre des Métiers

Quel est le rôle des travailleurs sociaux ? Le débat risque de faire rage au sein du département du Nord dans les mois à venir. Lors d’un point presse, la semaine dernière, le président (LR), Jean-René Lecerf avait annoncé son intention de « travailler d’arrache-pied » pour qu’un tiers des allocataires du RSA retrouvent un emploi.

Découvrir les réalités d’un métier

Parmi les pistes évoquées, le développement d’actions auprès de la Chambre des métiers. Et de donner le secteur de Caudry en exemple. L’an dernier, un centre de formation y a vu le jour avec une expérience innovante : une semaine d’immersion pour découvrir les réalités d’un métier. « Deux tiers des 50 personnes qui ont suivi une formation ont pu obtenir un emploi dans l’artisanat », assure Jean-René Lecerf.

Un chiffre nuancé par une assistante sociale de Caudry : « Nous n’avons pas assez de recul pour estimer le taux de réussite, explique-t-elle. A une époque, il y a eu une vague de fleuristes qui n’a pas duré. Aujourd’hui, c’est au tour de kebabs et de friteries de disparaître après avoir ouvert en nombre. Il ne faut pas donner de faux espoirs aux gens sinon on va les démobiliser encore plus »

Développer la culture entrepreneuriale

« Les travailleurs sociaux doivent développer la culture entrepreneuriale », insiste pourtant Jean-René Lecerf. Un avis qui est loin d’être partagé par les intéressés. « Nous n’avons pas vocation à produire de l’employabilité, c’est le rôle de Pôle Emploi. Notre rôle est de réinsérer socialement les allocataires », souligne une déléguée du syndical Sud.

Justement, ce rôle d’insertion social, le président du département souhaiterait qu’il retourne dans le giron des centres d’action social (CCAS) des communes.

Pointer les allocataires

En attendant, sur le terrain, on attend les nouvelles directives officielles. « Pour l’instant, il n’y a rien, si ce n’est la demande de pointer les allocataires », se plaint une assistante sociale. « Pour mieux lutter contre la fraude », annonce le département. L’initiative est peut-être risquée quand on sait que les bénéficiaires potentiels du RSA qui ne le réclament pas sont, en général, plus nombreux que les éventuels fraudeurs.