Dominique Cottrez, ex-aide soignante jugée pour l'infanticide de huit nouveaux-nés, à la Cour d'assises du Nord à Douai le 25 juin 2015
Dominique Cottrez, ex-aide soignante jugée pour l'infanticide de huit nouveaux-nés, à la Cour d'assises du Nord à Douai le 25 juin 2015 — PHILIPPE HUGUEN AFP

JUSTICE

Octuple infanticide: Aux origines du déni de grossesse de Dominique Cottrez

Le procès de Dominique Cottrez, ex-aide soignante de 51 ans jugée pour l'infanticide de huit nouveaux-nés, a repris lundi matin aux assises du Nord...

Place aux experts au procès de l’octuple infanticide devant les Assises du Nord, à Douai. Le procès de Dominique Cottrez, ex-aide soignante de 51 ans jugée pour le meurtre de huit nouveau-nés, a repris lundi matin.

Octuple infanticide : Pour Dominique Cottrez, ce geste « devenait une habitude »

La journée s’est ouverte sur l’audition de la sage-femme qui a assisté Dominique Cottrez lors de l’accouchement de sa première fille, aujourd’hui âgée de 27 ans. Le comportement de la professionnelle, aujourd’hui en retraite, a été pointé par la prévenue comme la source de sa phobie du corps médical.

« Il faut que tu perdes 35 kilos »

Selon les déclarations de l’accusée, reprises à l’audience, la sage-femme aurait conseillé, à l’issue de la naissance : « La prochaine fois que tu viens tu as intérêt à avoir perdu 35 ou 40 kilos ».

Au cours de l’instruction, Dominique Cottrez avait fait de ces allusions à son obésité le point de départ de son refus de consulter tout gynécologue afin d’envisager une contraception. « Vous avez conscience des dégâts que votre attitude a pu produire ? », a demandé son avocate au témoin.

« Si cela a pu l’affecter je m’en excuse », a déclaré l’ancienne sage-femme, tout en rappelant, appuyée par la présidente du tribunal, que « ce n’est pas (son) procès, aujourd’hui ».

Dans la foulée, le Dr Subtil, expert en gynécologie, a confirmé que le « mauvais accueil » dont aurait souffert Mme Cottrez est « central dans ce qui lui est arrivé. Quelque part la sage-femme lui a dit “T’as pas intérêt à revenir” ». «Malheureusement ce qu'on lui a dit était assez courant il y a 25 ou 30 ans»;

L’audition des filles est attendue

Les deux premiers jours de procès, jeudi et vendredi, avaient été marqués par l’émotion de Dominique Cottrez, le récit glaçant du premier infanticide et le témoignage de son mari mettant en évidence l’indifférence de ce dernier vis-à-vis de la gestion du foyer.

Les témoignages très attendus des filles de Mme Cottrez, Emeline et Virginie, n’avaient pas pu avoir lieu vendredi. Ils devraient se tenir lundi.

Dominique Cottrez encourt la réclusion à perpétuité. Le verdict devrait être prononcé jeudi.