Calais: L'État accélère le traitement des demandes d'asile

MIGRANTS Le premier ministre se rend sur le littoral nordiste le 31 août avec deux commissaires européens...

Olivier Aballain

— 

Migrants devant la porte du centre d'accueil de jour de Calais
Migrants devant la porte du centre d'accueil de jour de Calais — O. Aballain

L’État pare au plus pressé à Calais. En attendant les mesures qui pourraient être annoncées par Manuel Valls lors de sa visite sur place le lundi 31 août, la sous-préfecture de Calais a déjà beaucoup adapté son dispositif pour gérer l’afflux de migrants sur le littoral.

Un reportage de France 3 révèle ainsi que le nombre de dossiers de demande d’asile enregistrés y a presque doublé sur les huit premiers mois de l’année 2015, par rapport à 2014 (1608 contre 885).

Traitement des dossiers plus rapide à Calais

Pour les autorités, l’enjeu est de taille : il s’agit de faire rapidement la distinction entre les réfugiés politiques (qui peuvent rester en France), et ceux qui ne demandent pas l’asile sur place car ils souhaitent passer en Angleterre (pour raison économique, dans trois cas sur quatre).

Si la demande d’asile est acceptée par l’office des réfugiés (OFPRA), le migrant peut alors chercher refuge dans un foyer hors du littoral calaisien, ce qui diminue la pression sur place. D’ailleurs, à Calais, le traitement d’un dossier de demande d’asile ne prend qu’un mois, selon France 3, contre huit mois ailleurs.