Nord: Les militants soutiennent le cap à gauche d'EELV

POLITIQUE Réunis à Villeneuve d’Ascq pour les Journées d’été, les militants écologistes voient plutôt d’un bon œil la stratégie d’ouverture d’EELV vers le Front de gauche pour les élections régionales…

Gilles Durand

— 

L'université de Lille-3 à Villeneuve d'Ascq s'habille de vert pendant trois jours.
L'université de Lille-3 à Villeneuve d'Ascq s'habille de vert pendant trois jours. — G. Durand / 20 Minutes

La bataille des élections régionales est lancée chez EELV. Dans le Nord, la tête de liste, Sandrine Rousseau, a annoncé refuser une alliance au premier tour en tête à tête avec le PS mais proposer une regroupement plus large, notamment vers le Front de gauche.

Décision le 12 septembre

La décision doit être prise par les militants nordistes et picards le 12 septembre. 20 Minutes est allé, ce jeudi, à leur rencontre lors des Journées d'été qui se tiennent à Vileneuve d'Ascq, près de Lille, jusqu'à samedi. Cette nouvelle orientation semble convenir à ceux que nous avons rencontré.

 

"Cette alliance m'étonne mais je la trouve logique par rapport aux idées sociétales, notamment sur la discrimination, défendues par EELV", glisse Virginie, une sympathisante lilloise.

"Remettre notre modèle de croissance en cause"

Lionel n'est pas nordiste. Il s'est présenté sur une liste EELV-Parti de gauche en Haute-Savoie. "On sent de plus en plus de divergences avec le PS, explique-t-il. En Rhône-Alpes, 80 % des militants se déclarent en faveur d'une alliance avec le Front de gauche."

Ce qui les réunit: la vision économique de la société. "Il faudra remettre notre modèle de croissance en cause un jour. Ce n'est pas avec les socialistes qu'on va le faire", estime Lionel.

"Ras le bal des militants vis-à-vis du PS"

L'alliance verte et rouge est aussi en route en Languedoc-Roussillon, selon Françoise Alamartine, ancienne du bureau exécutif des Verts qui milite dans cette région: "Il y a un ras le bol des militants vis-à-vis du PS. C'est une nouvelle ère qui s'ouvre pour EELV".

Vincent Dhélin, secrétaire régional Nord-Pas-de-Calais avoue aussi "la déception des militants devant la politique menée par le gouvernement socialiste". "Mais rien n'est encore décidé avec le Front de gauche", précise-t-il. 

"L'important, ce sont les projets"

"L'important ce ne sont pas les alliances, mais les projets mis en place ", souligne Charlotte,  jeune militante de 28 ans qui habite Villeneuve d'ascq. Avec son bébé de quelques mois dans les bras, elle raconte s'être engagée sur "les idées environnementales du parti".

 

"Scission possible"

Vont-elles disparaitre avec cette nouvelle orientation stratégique d'EELV? C'est ce que craignent huit élus, dont Marie-peirre Bresson, adjointe à lamaire de Lille, qui ont signé une tribune, mercredi, dénonçant les "négociations ou alliances" avec le Front de Gauche. La député Barbara Pompili parle même de "scission possible" au sein du parti.

"La scission, c'est entre certains parlementaires et les militants qu'elle existe, mais pas au sein des militants", assure un membre de cabinet d'un vice-président de région.