Roubaix: L'idée des maisons à un euro fait son chemin

URBANISME La ville de Roubaix envisage de céder des maisons à l’euro symbolique en échange d’une rénovation sérieuse…

Olivier Aballain

— 

La rue Lannes, dans le quartier du Pile à Roubaix
La rue Lannes, dans le quartier du Pile à Roubaix — Google Street view

Le concept est simple. Il reste à le mettre en pratique.

A Roubaix, l’idée de vendre des maisons à un euro pour favoriser leur rénovation est plutôt bien accueillie. Selon La Voix du Nord, le projet a été évoqué par le maire (LR), Guillaume Delbar, à l’occasion d’une réunion publique.

Interrogée par 20 Minutes, l’adjointe au Logement, Milouda Ala, dit y réfléchir « depuis plusieurs mois », en s’inspirant notamment d’une expérience menée à Liverpool. Là-bas, ce sont 20 maisons en mauvais état qui ont été vendues à une livre, en échange d’une réhabilitation sérieuse.

« Pourquoi pas ? »

« Je cherche les bonnes idées partout, explique Miloud Ala. L’objectif est à la fois de permettre à des foyers modestes d’accéder à la propriété, et à la fois de favoriser la requalification de certains quartiers ». Selon l’élue, environ 4.000 logements vides sont recensés à Roubaix.

« Si la maison est murée, pourquoi pas ? », commente Olivier Desrousseaux. Le directeur de l’association Graal (Groupe de recherche pour l’aide et l’accès au logement) estime que « sur le principe », l’idée répondrait « à un besoin réel en matière d’accession sociale à la propriété ». Pour lui, en favorisant l’installation d’un ménage modeste, « on soulagerait un peu le logement social ».

Qui finance ?

Même Pierre Dubois, l’ancien maire (PS) de Roubaix devenu opposant en chef, est plutôt séduit, même s’il reste prudent : « C’est bien si c’est d’abord une expérimentation. Mais il ne faut pas donner de faux espoirs à tout le monde, car ce type de projet est plus vite dit que fait. »

Pierre Dubois comme Milouda Ala estiment qu’une structure comme la Fabrique des quartiers, qui monte déjà des projets de rénovation de l’habitat sur des maisons préemptées, pourrait accompagner les nouveaux propriétaires.

Il reste à trouver l’argent pour absorber le surcoût entre le prix d’achat de la maison, même délabrée, et sa vente à un euro. Les services de la ville ont prévu de se rendre Liverpool en septembre, notamment pour trouver des idées de financement.

Le besoin de rénovation, lui, est déjà là. Le Graal était missionné par la Métropole de Lille (MEL) pour accompagner 600 dossiers de rénovation en trois ans. En moins de neuf mois, l’asso a déjà reçu 400 candidatures.