Dans le Nord, la vague change de cap

Vincent Vantighem

— 

L’UMP n’a plus de candidat pour les municipales à Lille. Christian Decocq (49,4%), député UMP et principal opposant à Martine Aubry, a été battu de 402 voix par Alain Cacheux (50,6%) dans la 3e circonscription (Vieux-Lille).

Tous les résultats du Nord

«Je l’avais promis: je suis battu, donc je ne me présenterai pas à la mairie.» Comme un symbole du ressac provoqué par le score du PS sur la vague promise à l’UMP. Car le parti de la Rose fait bien mieux que résister en gagnant une circonscription sur les 24 nordistes par rapport à la situation de 2002. Outre la 3e, le PS remporte la 8e (Roubaix-Est) où Dominique Baert (56,86%) a largement devancé Salem Kacet (43,14%), le candidat UMP investi au titre de la diversité.

En difficulté dans la 11e (Lomme), le député sortant Yves Durand (PS) est finalement parvenu à rassembler toutes les voix de la gauche pour l’emporter avec 52,28% face à Philippe Waymel. Même schéma dans la 24e (Avesnes), sur laquelle comptait clairement l’UMP. Ce ne sera pas pour cette fois, puisque Jean-Luc Pérat (53,1%), le candidat PS, a battu Alain Poyart (46,9%). Michel Delebarre, député-maire (PS) de Dunkerque, l’emporte également dans la 13e après une campagne houleuse menée face à Franck Dhersin.

Finalement, la seule véritable satisfaction pour l’UMP réside dans la 15e (Hazebrouck) qui bascule à droite après la victoire de Françoise Hostalier (51,8%).

Au final, la gauche dispose désormais de 13 circonscriptions dans le Nord, réparties entre le PS (10), le MRC (1) et le PC (2). Dotée de 12 circonscriptions en 2002 (10 pour l’UMP, 2 pour l’UDF), la droite en détient désormais 11 à l’issue de ces législatives.