Nord: Ce député communiste qui veut bloquer l'accès aux sites pornos

POLITIQUE Jean-Jacques Candelier, 70 ans, a relayé auprès du gouvernement une demande reçue, par courrier, d'un citoyen...

Olivier Aballain

— 

Jean-Jacques Candelier, député du Nord (PCF)
Jean-Jacques Candelier, député du Nord (PCF) — François Lo Presti

Jean-Jacques Candelier n’est pas un inconnu des médias. Et sa dernière proposition ne va pas le faire rentrer dans l’anonymat : le député communiste de la 16e circonscription a proposé, dans une question écrite au gouvernement, de bloquer par défaut l’accès aux sites internet à caractère pornographique.

La proposition, repérée par le site nextinpact.com, s’inspire d’une décision controversée du Premier ministre conservateur britannique, David Cameron.

Courrier de six pages d’un citoyen

Jean-Jacques Candelier, 70 ans, est imaginatif : début juillet, il avait suggéré la mise en place d’un droit de retrait des salariés en cas de canicule.

Canicule au travail : Un député propose un droit de retrait dès 35°C

Cette fois, le député a réagi le premier, à un courrier de six pages, envoyé par un particulier à au moins une quinzaine de députés de tous bords.

Courrier demandant le blocage des sites pornos publié par oaballain

S’inquiétant de la « transmission des valeurs de la République », le citoyen y fait valoir qu’une « grande majorité » des adolescents de 14 ans ou plus « est en contact avec la pornographie sans limites, où l’image de la femme est dégradée d’une manière à peine imaginable ».

Techniquement faisable

Comment faire ? Jean-Jacques Candelier suggère à Marisol Touraine, ministre (PS) en charge notamment de la Famille, de l’Enfance et des Doits des femmes, de mettre en place un « code d’accès » pour les sites à caractère pornographique, qui seraient bloqués par défaut par les fournisseurs d’accès à internet (FAI).

« Cela ne pose techniquement aucun problème, et c’est déjà en vigueur au Royaume-Uni », explique un collaborateur parlementaire de Jean-Jacques Candelier. C’est en réalité un peu plus délicat, puisque la mise en place du blocage chez certains FAI, fin 2013, a affecté plusieurs sites de sauvegarde de l’enfance.

Le député nordiste reste confiant : « On n’a même pas besoin du vote d’une loi, cela peut passer par un simple décret », assure son cabinet parlementaire. Cependant le Sunday Times a révélé, fin mai, que l’Union Européenne ne voyait pas d’un bon œil ce type de mesure, qu’elle considère comme une atteinte à la « neutralité du Net ».