Nord: Les trains directs Paris-Cambrai en sursis jusqu'à la mi-2016

TRANSPORTS Les trains directs Paris-Cambrai, et dans une moindre mesure Paris-Maubeuge, étaient menacés par le rapport Duron remis au parlement fin mai…

Olivier Aballain

— 

Train en gare à Paris (Illustration)
Train en gare à Paris (Illustration) — Baleydier

La disparition des trains directs entre Paris et Cambrai n’est pas pour demain. Le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, a annoncé mardi que la refonte des « Trains d’équilibre du territoire » (lignes nationales sans TGV) se ferait seulement à compter de la mi-2016.

D’ici là, le Gouvernement engage une réflexion qui se poursuivra, début 2016, en concertation « avec les nouveaux élus régionaux » (les élections régionales se tiennent en décembre).

Dans le Nord, deux lignes intercités étaient mises sur la sellette par le rapport de la commission Duron remis au Parlement le 26 mai : Paris-Cambrai, et Paris-Maubeuge.

Le rapport Duron mal accueilli dans la région

Selon le rapport Duron, le tronçon Saint-Quentin-Cambrai pourrait être intégralement transféré au TER, ce qui rendrait obligatoire un changement à Saint-Quentin. Actuellement, il ne subsiste déjà qu’un seul aller-retour quotidien sans changement entre Paris et la capitale des Bêtises.

Relire notre article : Vers une coupure des trains Paris-Cambrai

Par ailleurs, la ligne Paris-Maubeuge était également visée, la commission Duron préconisant un abaissement de 5 à 3 du nombre quotidien d’allers-retours directs, toujours au profit d’un changement à Saint-Quentin.

Au vu de la levée de bouclier des élus régionaux après la publication du rapport Duron, attendre l’entrée en fonction du nouveau conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie n’est sans doute pas une mauvaise idée.