Pas-de-Calais: Trois mises en examen après une tragédie en saut à l'élastique

JUSTICE Trois personnes ont été mises en examen à la suite du décès d'une jeune femme lors d'un saut à l'élastique, près de Saint-Omer...

G.D. avec AFP
— 
Illustration saut à l'élastique. Ici avec Katy Perry quis'est essayée au saut à l'élastique. Avec une certaine aisance il faut bien l'avouer...
Illustration saut à l'élastique. Ici avec Katy Perry quis'est essayée au saut à l'élastique. Avec une certaine aisance il faut bien l'avouer... — REX / SIPA

La justice cherche à connaître les responsabilités de chacun. Trois hommes ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire pour homicide involontaire et blessures involontaires aggravées à la suite de la mort d’une jeune femme à Audincthun (Pas-de-Calais) lors d’un saut à l’élastique, a indiqué, mardi, le parquet de Saint-Omer.

Une société et une association mises en examen

« Les trois personnes mises en examen sont le bénévole en bas de la grue, le gérant de la société qui était en haut de la grue et le président de l’association, frère du gérant, qui n’était pas là lors des faits », a déclaré Sébastien Piève, procureur de la république à Saint-Omer à l’AFP. Ce dernier a précisé que deux personnes morales, la société Elastique X’trem et l’association Elastique fly, ont également été mises en examen pour les mêmes motifs.

Un mort et un blessé grave

Dimanche après-midi, un jeune couple, originaire d’Hallennes-lez-Haubourdin, commune proche de Lille, a effectué un saut à l’élastique du haut d’une grue située à 65 m de hauteur.

A une quinzaine de mètres du sol, il y a eu un dysfonctionnement au niveau du système d’attache. Les deux personnes ont chuté lourdement au sol. La jeune femme, âgée de 28 ans, est morte, tandis que son compagnon de 33 ans a été grièvement blessé.

« Des erreurs humaines »

« On déplore cinq accidents mortels en France depuis 1986, souligne le président de la fédération française de saut à l’élastique, Christian Prétot, interrogé par La Voix du Nord. Lors des accidents pour lesquels j’ai apporté mon expertise aux enquêteurs, il est toujours ressorti que des erreurs humaines étaient à l’origine du drame. »