Pro D2 : L'ancien président du LMR conteste sa mauvaise gestion du club

RUGBY Alors que le club a été recalé par la DNACG pour un déficit de 800 000 euros, Jean-Claude Branquart donne sa version des faits...

Francois Launay

— 

Jean-Claude Branquart a présidé le LMR de 2004 à 2014
Jean-Claude Branquart a présidé le LMR de 2004 à 2014 — m.libert / 20 minutes

Il se dit blessé. Une semaine après l’annonce de la DNACG qui a interdit le LMR de monter en Pro D2 en raison d’un déficit de 800 000 euros, Jean-Claude Branquart a décidé de sortir de son silence. Mis en cause par la direction actuelle qui l’a désigné en grande partie responsable de cette mauvaise gestion, l’ancien président (2004-2014) se défend et donne sa version des faits. « En fin de saison dernière, avant de quitter la présidence, j’avais dit publiquement qu’il manquait 500 000 euros pour viser la montée en Pro D2. C’est un déficit qu’il fallait combler en partie grâce à des partenaires. Je trouve donc surprenant et pas très loyal que les dirigeants actuels, qui sont là depuis un an, disent découvrir la situation », lâche l’ancien dirigeant.

300 000 euros de différence

Dans son audit, la DNACG a déclaré avoir découvert un déficit de 800 000 euros soit 300 000 de plus que la somme annoncée par Jean-Claude Branquart en fin de saison dernière. Comment expliquer cette différence ? Pour l’instant, les deux camps se renvoient la balle. Tous ont pourtant le même souhait : voir le club être repêché en appel pour le voir évoluer en Pro D2 la saison prochaine. Même si la passion pour le club semble être la dernière chose en commun entre les deux parties.