Régionales: Marine Le Pen se met «au boulot» pour emporter le Nord-Pas-de-Calais-Picardie

POLITIQUE La présidente du Front national a annoncé son intention de briguer la présidence du conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie…

O. A. et G. D.
— 
Marine Le Pen delivers au Palais des congres de Perpignan le 27 juin 2015.  AFP PHOTO / RAYMOND ROIG
Marine Le Pen delivers au Palais des congres de Perpignan le 27 juin 2015. AFP PHOTO / RAYMOND ROIG — AFP

C'est décidé, elle y va. La presidente du Front national, Marine Le Pen, a annoncé ce matin sur i-Télé son intention de mener la liste frontiste pour les élections régionales du mois de décembre en Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Les explications de la candidate frontiste sont au moins autant attendues que sa décision de se lancer dans la bataille des régionales, à deux ans des élections présidentielles.

Suivez en direct depuis Arras la conférence de presse de Marine Le Pen, qui doit démarrer à 10h30.

 

La salle est désormais vide. Quelques élus FN répondent aux interviews des journalistes par ci, par là. Il est temps de mettre fin à ce live. Merci de nous avoir suivis.
11 h 06: Florian Philippot: "Elle a été appelée et voulue"

Florian Philippot évoque le risque que prend Marine Le Pen en se présentant aux régionales: "A partir du moment où on fait de la politique, on prend un risque. Je crois qu'elle peut gagner. Elle a beaucoup reflechi, c'est normal. Elle aime cette région. Elle a été appelée et voulue."

Les derniers bons résultats du Front national aux départementales dans les cinq département de la future région ont convaincu Marine Le Pen de se présenter.

11 h: "Maintenant au boulot, y'a plus qu'à.."

Marine Le Pen quitte la salle en motivant ses troupes.

10 h 55 : La salle entonne l'hymne nationale pourclore le discours

Pas de grandes annonces, ni de grosses mesures annoncées.

10 h 50: "Il faut enrayer la désertification des campagnes"

Maintenant, il est question de l'appauvrissement du monde rural. "Je suis la candidate des sacrifiés, des oubliés". Marine Le Pen compare la ruralité avec des PME face au "mastodonte urbain". Elle dénonce les "grosses et grasses régions" qui "discuteraient directement avec Bruxelles"

10 h 48: La candidate dénonce la "gabegie" régionale

Elle évoque la grande région «hors sol, deconnectée» : «Cette réforme est un cocktail détonnant. La décentralisation anarchique a été une gabegie. Toujours plus de dépenses inutiles et d'impôts supplementaires».

10 h 43: "Il n'y aurait qu'en France que les Français passeraient toujours derrière"

"Que le peuple relève la tête et porte les patriotes au pouvoir!". Applaudissements. 

Rien sur la région pour l'instant. Marine Le Pen évoque l'islamisme radicale et le recent événement en Isère.

10 h 40: Elle promet l'alternative

Elle a siégé onze ans au conseil régional. Elle annonce l'alernative contre la troublante unité du PS et de l'UMP. "La majorité entonne l'air corrompu du "il n'y a pas d'alternative"

A l'intérieur de la salle de conférence de l'hôtel, on entend le bruit des manifestants du dehors.

10 h 36: "J'ai fait le choix de conduire la liste"

Marine le Pen annonce sa candidature. Le public scande «on a gagné». Elle annonce qu'elle dirigera la région.

10 H 35: "Je ne me laisse pas dicter un calendrier"

 

10 h 30 : Entrée de Marine Le Pen sous les acclamations d'environ 200 personnes à l'hôtel Mercure d'Arras
10h30 : Les premières réactions ne sont pas très tendres, à l'image de ce tweet de Sandrine Rousseau, tête de liste EELV
Et vue son absentéisme au dernier mandat, j'espère que Mme le Pen prendra le temps de découvrir notre région avant de s'y essuyer les pieds
— Rousseau Sandrine (@sandrousseau) June 30, 2015
En attendant la conférence de Marine Le Pen, retrouvez ce qui la faisait encore hésiter à se lancer dans la bataille.

Régionales: Les trois hésitations de Marine Le Pen