VIDEO. Calais: Le trafic Eurostar et Eurotunnel reprend après le blocage des marins de MyFerryLink

TRANSPORTS Les salariés de la compagnie française refusent les pertes d'emploi dues à la reprise par DFDS...

Olivier Aballain

— 

Calais, le 15 aout 2014. Un bateau de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais.
Calais, le 15 aout 2014. Un bateau de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais. — M.Libert/20 Minutes

Les salariés de MyFerryLink continuent de harceler Eurotunnel. Selon l’AFP, une trentaine de marins ont de nouveau fait irruption sur les voies ferrées à 300m de l’entrée du tunnel sous la Manche.

Le trafic dans le tunnel a été interrompu une bonne partie de l'après-midi. Le trafic  Eurostar entre Paris et Londres a aussi dû être stoppé avant de reprendre graduellement, selon le compte twitter du transporteur.

Les manifestants protestent contre la décision d’Eurotunnel de céder, au concurrent DFDS, deux des trois navires utilisés par MyFerryLink.

Opération escargot et port bloqué

Les marins ont par ailleurs entamé une opération escargot sur l’A16 en direction du port de Loon-plage, où accostent les bateaux de la compagnie DFDS, qu’ils souhaitaient bloquer.

« Nous étions 350 personnes à l’assemblée générale. On va maintenant à Loon-plage, bloquer DFDS en opération escargot sur l’autoroute », avait prévenu le syndicaliste Eric Vercoutre en milieu de journée, lors d’un point presse

Le port de Calais, lui, est toujours bloqué et les liaisons transmanche interrompues entre Calais et Douvres.

 

Pas de sursis pour la coopérative

La préférence marquée par Eurotunnel pour DFDS avait déjà provoqué la colère des salariés, qui avaient bloqué le port la semaine dernière.

Calais : Eurotunnel vend deux navires à DFDS

Les manifestants regrettent le choix du tribunal de commerce de Boulogne de ne pas accorder de sursis d’exploitation à leur coopérative SeaFrance, qui opérait depuis août 2012 les rotations de MyFerryLink. Ce sursis devait, selon eux, permettre d’améliorer les offres de reprise.

Le Gouvernement souhaite une poursuite des négociations

DFDS a en effet indiqué que seuls 200 salariés sur les 600 de MyFerryLink seraient employés sur les navires achetés, tandis qu’Eurotunnel compte exploiter le 3e navire avec environ 120 employés. Près de 300 personnes pourraient donc perdre leur emploi du fait du changement d’opérateur.

 

Lundi soir, les ministres de l’Économie et des Transports ont enjoint Eurotunnel, dans un communiqué, à « poursuivre les négociations » avec les acheteurs potentiels des navires afin de « parvenir à une solution acceptable au plan de l’emploi ».

MAJ 11h00 : Trafic Eurotunnel perturbé dans la matinée

MAJ 14h30 : Le tunnel sous la Manche est de nouveau bloqué