Nord: Le projet de RER Grand Lille suscite beaucoup d'intérêt

TRANSPORTS Les Nordistes montrent leur intérêt concernant le projet de liaison ferroviaire entre Lille et l’ex-bassin minier…

Gilles Durand

— 

Jacques Archimbaud, président de la commission du débat public.
Jacques Archimbaud, président de la commission du débat public. — G. Durand / 20 Minutes

Dernière ligne droite pour le débat public autour du RER nordiste. Une réunion publique se tient, mardi soir, à Villeneuve d’Ascq* pour évoquer le projet de liaison ferroviaire express entre Lille et l’ex-bassin minier. La dernière est prévue le 22 juillet, à Lille-Hellemmes.

Participation très importante

Trois mois après le lancement de ce débat, Jacques Archimbaud, président de la commission du débat public, tire un premier bilan. « Nous avons eu beaucoup de contributions : entre 15 et 20.000 personnes ont participé. C’est le débat le plus important qui ait eu lieu dans la région », explique-t-il. Principal enseignement: l’unification de la région par le rail est très majoritairement approuvée par le grand public.

Un pôle de scepticisme

Mais derrière cet intérêt général se dressent différents points de vue. Ce réseau express Grand Lille (REGL) va-t-il améliorer la congestion routière ? « Seule l’A1 est concernée et les conditions d’accès aux nouvelles gares ne vont-elles pas déporter les bouchons ? », se demandent les contributeurs.

« Un pôle de scepticisme existe autour des associations de protection de l’environnement, des usagers du train, qui ont peur que d’autres gares soient supprimées, et des commerçants des centres-villes qui craignent que les gares en périphérie des villes renforcent l’attraction des centres commerciaux », avoue Jacques Archimbaud. Autre crainte : le renforcement de l’hégémonie économique lilloise.

Qu’en pensent l’Etat et la SNCF ?

Deux questions principales reviennent souvent dans ce débat : quel sera le coût sur les impôts et quelles sont les alternatives ? « Il est très surprenant que l’Etat et la SNCF se taisent sur ce projet alors qu’ils sont concernés au premier plan, évoque Jacques Archimbaud. Des études sont en cours concernant l’existant et les alternatives TER. Nous espérons obtenir des informations sur ces études avant la fin du débat. »

*Hôtel de ville, à partir de 18h30. Rens.: http://regl.debatpublic.fr/