Valenciennes : 900 kilomètres à vélo pour rendre hommage à son frère

SECURITE ROUTIERE Vingt ans après la mort de son frère et de sa cousine dans un accident de car, Benjamin Gobert va rallier Valenciennes à Roquemaure en vélo...

Francois Launay

— 

Benjamin Gobert va rendre hommage à son frère et sa cousine décédés dan sun accident de bus
Benjamin Gobert va rendre hommage à son frère et sa cousine décédés dan sun accident de bus — Val'Rocq

Le 9 juillet 1995, Benjamin Gobert, son frère Baptiste et sa cousine Florence montent dans un bus à Valenciennes pour rallier la ville espagnole de Valence dans le cadre d’un voyage linguistique. Après plusieurs heures de route, le chauffeur du bus s’endort au volant et l’autocar se couche sur l’autoroute A9 à hauteur de Roquemaure (Gard). Bilan : 23 morts, dont Florence et Baptiste, et 31 blessés.

Sorti indemne de l’accident, Benjamin Gobert n’est jamais retourné sur les lieux du drame. Vingt ans après, il a décidé de franchir le cap. « Je n’avais pas la force d’y retourner mais je voulais marquer le coup pour les 20 ans. J’ai donc décidé de rallier Valenciennes à Roquemaure en vélo », raconte le kiné de 37 ans.

Sensibiliser les gens au port de la ceinture dans les bus

Avec lui, 80 personnes prendront le départ dimanche matin depuis la place d’Armes de Valenciennes dans le cadre d’une opération appelée Val’Roq.Porté par l’association Citoyenneté routière, créée juste après le drame par les parents de Baptiste et Benjamin, ce voyage en douze étapes arrivera le 10 juillet à Roquemaure, 20 ans jour pour jour après le drame.

Plus qu’une commémoration, Val’Roq veut surtout, dans chaque ville-étape, sensibiliser les gens au port de la ceinture de sécurité dans les bus. Ce samedi, veille du départ, une journée de sensibilisation sur le sujet aura lieu sur la palce d'Armes de Valenciennes. S’il est obligatoire depuis 2003, le port de la ceinture dans les bus est rarement appliqué dans les faits. « Jusqu’à présent, seuls les nouveaux cars sont équipés de ceintures. Mais à partir de septembre, tous les bus en circulation devront en avoir », explique Benjamin.

Si des ceintures avaient existé lors de l’accident de Roquemaure, le nombre de victimes aurait pu être divisé par quatre..