Nord: Le gang de motards lillois Chosen Few mis hors d'état de nuire

JUSTICE Onze membres du gang des motards lillois Chose Few ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, trafic d'armes et de stupéfiants...

Gilles Durand

— 

Le procureur de Lille, Frédéric Fèvre (à droite) et le lieutenat-colonel Jérôme Pichart, commandant la gendarmerie en région.
Le procureur de Lille, Frédéric Fèvre (à droite) et le lieutenat-colonel Jérôme Pichart, commandant la gendarmerie en région. — G. Durand / 20 Minutes

Le site internet est toujours actif mais, selon la justice, le réseau est démantelé. Le gang de motards lillois baptisé Chosen Few (traduit pas « peu d’élus ») a rendu les armes le 14 juin, date de la vaste opération de gendarmerie contre cette association accusée de trafics en tous genres.

Crime organisé: Les gangs de motards sont dans le rétroviseur des forces de l’ordre

Huit individus emprisonnés

Le procureur de Lille, Frédéric Fèvre, a annoncé, ce vendredi, que quinze individus masculins avaient été interpellés dans toute la région lors de ce coup de filet qui a mobilisé 230 gendarmes, huit équipes cynophiles et le GIGN.

Onze personnes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs, trafic d’armes et de stupéfiants, transports d’armes en bande organisée, recel et extorsion. Parmi elles, huit dorment en prison, placés sous mandat de dépôt. Les trois autres sont sous contrôle judiciaire. Elles encourent dix ans de prison et sept millions d’euros d’amendes.

Des insignes néonazis retrouvés

« C’est une véritable économie souterraine qui était mise en place par ces passionnés d’armes et de motos, explique le procureur de Lille. Nous avons retrouvé 27 armes de poing et d’épaule et environ 600 g de cannabis et 800 g d’amphétamine. » L’enquête avait été lancée en novembre 2013, après l’arrestation dans le Dunkerquois de trois membres d’un gang de motards. Ils avaient été arrêtés pour tentative de vol aggravé.

« Ce chapitre de Lille, comme on nomme ce gang, serait historiquement à l’origine des autres en France », souligne Frédéric Fèvre. Il existe depuis une vingtaine d’années et compte une trentaine de membres, selon la police. L’emblème -une tête de mort sur fond de drapeau des états confédérés d’Amérique- en dit long sur les idées d’extrême droite des Chosen Few. Des insignes néonazis ont été retrouvés lors des perquisitions, notamment sur la péniche Maud, dans le port de Lille. Le lieu servait de quartier général au gang.

Faire allégeance pour entrer

« Il fallait faire allégeance pour entrer dans ce groupe qui faisait régner la peur et l’intimidation autour de lui », poursuit le procureur. Les personnes qui auraient été victimes du gang Chosen Few peuvent d’ailleurs se manifester et porter plainte auprès de la gendarmerie. Elle a ouvert une adresse électronique spécifique : enquete-chosenfew@gendarmerie.interieur.gouv.fr