Affaire Carlton: Qui a finalement été condamné?

JUSTICE Quatre prévenus ont écopé de peines allant de trois à douze mois de prison avec sursis...  

Olivier Aballain

— 

René Kojfer, à gauche, soutenu par son avocat Me Hubert Delarue
René Kojfer, à gauche, soutenu par son avocat Me Hubert Delarue — O. aballain

Il n’y a quand même pas que des relaxes dans l’affaire dite du Carlton de Lille. Quatre prévenus ont finalement écopé d’une condamnation.

René Kojfer, seul condamné dans le volet proxénétisme.

La cour a estimé que les faits de proxénétisme étaient bien constitués, pour René Kojfer, par les nombreux témoignages de prostituées et de clients mis en relation par l’ancien chargé de relations publiques du Carlton de Lille.

En revanche, le tribunal lui a fait grâce de la qualification « aggravé », faute de prouver que les faits avaient été commis « en réunion ». René Kojfer écope donc d’un an de prison avec sursis.

Pour la défense, c’est un peu fort de café. « Si on comprend bien, ce dossier tenait donc entièrement sur les épaules fragiles de René Kojfer, qui n’était pourtant qu’un employé. Je suis étonné que mon client n’ai pas pu profiter de la bienveillance dont d’autres ont visiblement bénéficié ». Un appel est loin d’être exclu.

David Roquet, escroquerie

L’ancien patron de Matériaux enrobés du Nord, filiale d’Eiffage, a été relaxé dans le volet proxénétisme, mais condamné pour escroquerie au préjudice de sa société. Le tribunal lui reproche d’avoir passé en notes de frais des prestations dont il cachait le détail. Il a été condamné à six mois de prison avec sursis, et à rembourser 41.000 euros à son ex-employeur. « Maintenant je vais travailler pour rembourser », a-t-il commenté.

Fabrice Paszkowski, abus de biens sociaux

Le grand copain de Dominique Strauss-Kahn a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir payé, aux frais de sa société Cap Évasion, des voyages et cocktails sans lien avec l’activité de son entreprise.

Virginie Dufour, complicité d’abus de biens sociaux

La compagne de Fabrice Paszkowski écope de trois mois de prison avec sursis pour avoir participé au système de paiement frauduleux des soirées organisées par son ex-compagnon.