Nord-Pas-de-Calais: Les 14-25 ans non scolarisés surreprésentés dans la région

ÉDUCATION L’Insee vient de publier une étude prospective sur l’évolution de la population de lycéens et d’apprentis à l’horizon 2025…

Mikael Libert

— 

Des lycéens (illustration).
Des lycéens (illustration). — LCHAM/SIPA

Mercredi, l’Insee a rendu publique une étude sur l’évolution des effectifs de lycéens et d’apprentis à l’horizon 2025. Réalisée en partenariat avec le Centre régional des ressources pédagogiques (C2RP), cette étude devrait servir à accompagner « la définition et la mise en œuvre des politiques publiques en direction des jeunes ».

Les sortants du système scolaire surreprésentés

Les chiffres 2014 de l’Insee montrent que 10,6 % des jeunes de 14 à 22 ans ne possèdent pas le Bac et ne sont pas insérés sur le marché du travail, contre 7,3 % au national.

Pire, toujours dans cette tranche d’âge, un quart des jeunes ne sont pas scolarisés. Si, en 2025, la part des jeunes non scolarisés dans la région rejoignait le niveau national, l’Insee spécule sur une augmentation de l’effectif de lycéens de l’ordre de 1.800 personnes.

Un effet mécanique

Dans dix ans, le Nord-Pas-de-Calais devrait compter 163.600 lycéens et apprentis, soit 1.000 de plus qu’en 2014. C’est un effet mécanique dû à un pic de naissances dans les années 2000 et 2001.

Sans cela, la tendance de fond serait plutôt à la baisse en raison d’un déficit migratoire des personnes en âge d’être parents. La hausse des effectifs ne sera donc que temporaire.

Des situations différentes selon les bassins d’emploi

Evidemment, selon que l’on se place à Lille ou à Lens, à Arras ou à Dunkerque, les situations ne sont, et ne seront, pas les mêmes. Ainsi, par exemple, la zone d’emploi de Dunkerque compterait 750 élèves de moins d’ici 2025 tandis qu’Arras en gagnerait 550.

Là encore, ces différences s’expliquent par des facteurs démographiques mais surtout par l’attractivité et l’offre de formation propres à chaque zone. A l’image de Saint-Omer, qui accueille près de 119 lycéens scolarisés pour 100 lycéens résidants.