illustration vol de cuivre.
illustration vol de cuivre. — M.Libert / Archives 20 Minutes

SOCIÉTÉ

Métropole lilloise: Neuf maires s'unissent contre les vols de câbles

Les élus tapent du poing sur la table et en appellent au préfet pour que l’Etat mette la main à la poche…

Elus sous tension. Les maires de plusieurs villes de la métropole lilloise ont tenu une conférence de presse commune, vendredi, pour clamer leur ras-le-bol face aux voleurs de câbles électriques.

Il s’appelle Jean Delebarre, il est maire de Marquette-lez-Lille et il est à l’initiative de ce mouvement de grogne des élus. « Ma ville est très concernée par ce type de vols. Je savais que beaucoup d’autres communes étaient dans le même cas. S’exprimer là dessus à neuf maires, ça a quand même une autre gueule que tout seul », explique l’élu de Marquette. Au sein du « collectif », figurent, entre autres, les maires de La Madeleine, Wambrechies, Deûlémont, Lambersart ou encore Saint-André. Lille, qui n’est pas épargnée, n’est pourtant pas représentée.

Impact financier et sécuritaire

« A Marquette, 70 poteaux d’éclairage public ont été vidés de leurs câbles, déplore Jean Delebarre. Et en un trimestre, les caténaires du tramway qui relie Marquettes à Wambrechies ont été volées quatre fois. Maintenant, ça suffit », s’insurge-t-il.

Le maire en colère souligne les problèmes que pose la disparition du précieux cuivre : « Il y a le côté financier, 100.000 euros l’année dernière. Mais il y a surtout un souci de sécurité publique ». L’élu explique que les communes peuvent être « tenues pour responsables » si un accident survenait dans une rue plongée dans le noir suite à un vol de câbles. Pire, selon Sébastien Leprêtre, maire de La Madeleine, « l’absence d’éclairage favorise la venue des cambrioleurs. C’est la double peine ».

Les Roms mis en cause

En se basant sur les chiffres 2013 de l’Observatoire national de la délinquance (ONDRP), Sébastien Leprêtre désigne les coupables : « Le rapport 2014 de l’ONDRP écrit noir sur blanc que 10 % des vols de métaux sont commis dans le Nord. Il y a clairement un lien de cause à effet entre ces chiffres et la présence de beaucoup de Roms sur la Métropole ».

Le maire de La Madeleine, dont la ville est la moins touchée au sein du collectif, avance ses solutions au problème : « Il faut accompagner ces populations dans un retour chez elles et lutter au niveau européen contre les revendeurs peu scrupuleux ». Moins affirmatif sur les responsables, Jean Delebarre reconnaît que « le négoce est trop facile ». Il a, par ailleurs, décidé d’écrire au préfet, au procureur et au gouvernement pour obtenir réparation.