Nord: Les espèces de flore et de faune deviennent de plus en plus rares

ENVIRONNEMENT L'Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas-de-Calais dresse un bilan alarmant sur la disparition des espèces, même communes...

Gilles Durand

— 

Illustration de coquelicots, des fleurs qui deviennent de plus en plus rares dans notre région.
Illustration de coquelicots, des fleurs qui deviennent de plus en plus rares dans notre région. — SIPA

Adieu coquelicots, bleuets, grandes marguerites, hirondelles et même moineaux… L’Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas-de-Calais tire la sonnette d’alarme à propos de la faune et de la flore régionales, à l’heure d’organiser, mercredi, son événement bisannuel : la journée de l’Observatoire*.

La moitié des espèces sont rares

Enjeu: sensibiliser le grand public à la disparition, petit à petit, d’espèces naguère considérées comme communes. Chez les oiseaux, plus de la moitié des espèces de la région sont considérées comme rare, un peu moins de la moitié chez les batraciens. Une variété de plantes disparaît par an depuis cent ans.

 

« A Loos-en-Gohelle, par exemple, nous avions recensé 15 nichées d’hirondelles il y a cinq ans. Cette année, il n’y en a plus », déplore Vincent Cohez, directeur technique de la Chaîne des terrils, partie prenante du programme de sauvegarde de l’environnement naturel.

Artificialisation des sols

Plusieurs causes sont liées à cette chute libre de la biodiversité. Tout d’abord, l’artificialisation des sols. « Chaque année, 1.600 ha sont perdus pour la nature, soit l’équivalent de la superficie de Tourcoing », précise Lou Dengreville, de l’Observatoire.

Mauvaises pratiques des jardiniers

Ensuite, l’utilisation importante de produits sanitaires joue un rôle dramatique. « Ce n’est pas seulement le monde agricole qui est visé. Les jardiniers amateurs ont aussi une responsabilité. Plutôt que d’utiliser des produits phytosanitaires contre les pucerons, pourquoi ne pas acheter des coccinelles ? », note Vincent Cohez.

*Aux Prés du Hem, à Armentières. Inscriptions sur www.observatoire-biodiversite-npdc.fr