Nord: «Humanitep», un outil à la pointe pour débusquer les cancers

SANTÉ Une nouvelle entité d’imagerie médicale a été inaugurée sur le site de l’hôpital Saint Philibert, à Lomme…

Mikael Libert

— 

Le nouveau Tep Scan de l'hôpital Saint Philibert, à Lomme
Le nouveau Tep Scan de l'hôpital Saint Philibert, à Lomme — M.Libert / 20 Minutes

Rien ne lui échappe. Mardi, le Biographe mCT Flow, un outil dernier cri d’imagerie médicale, a été inauguré à l’hôpital Saint Philibert de Lomme, dans le cadre de la Semaine cancers. Grâce à ce nouvel appareil, les médecins traquent les cancers, mais pas que…

La « bête », unique en France, est entrée en service il y a un an, le 23 avril 2014. Depuis, dans son écrin qu’est Humanitep, le Biographe mCT Flow, fabriqué par Siemens, a déjà vu passer près de 2.000 patients. Le Biographe, c’est un gros scanner en anneau qui permet de détecter des « anomalies » en explorant le fonctionnement des organes. « On injecte un traceur radioactif au patient et le scanner va suivre son cheminement dans le corps jusqu’à la zone qui pose problème », explique le docteur Tanguy Blaire, l’un des quatre médecins nucléaires qui travaillent sur la plateforme.

Gain de temps et de précision

La technique du Tep Scan n’est pas nouvelle. C’est ce Tep Scan qui l’est. « Cette machine est plus sensible que les autres modèles, de l’ordre de 25 %. Cela nous permet à la fois d’utiliser moins de traceur mais aussi de gagner en rapidité », poursuit le médecin nucléaire. En moyenne, l’appareil peut traiter un patient toutes les 20 minutes (contre une demi-heure auparavant).

Tep Scan du cerveau d’un patient atteint de la maladie d’Alzheimer. - M.Libert/20 Minutes

 

Outre la sensibilité, l’appareil a aussi nettement gagné en « résolution spatiale ». Aujourd’hui, il permet de détecter des tumeurs de 4 mm, et parfois même de 1 mm. Le Biographe restitue des images sous forme de « coupes » lesquelles, à l’aide d’un puissant logiciel, sont transformées en vues en 3D de l’organe.

Utilisations variées

A 80 %, la machine est utilisée en cancérologie mais, selon le traceur utilisé, elle permet aussi de traquer d’autres choses. « On peut repérer la viabilité des tissus du cœur après un infarctus, débusquer les maladies neurodégénératives et même rechercher des foyers infectieux », souligne le Dr Blaire. Le médecin affirme qu’il est notamment possible de détecter un Alzheimer de 3 à 10 ans avant que la démence ne s’installe. Idem pour la maladie de Parkinson, qui peut être détectée même si les symptômes ne sont pas flagrants.

Pour le bâtiment Humanitep et le scanner, plus de 3 millions d’euros ont été investis, dont 176 588 euros à la charge du Conseil régional. D’ici peu, le CHR de Lille devrait s’équiper d’un appareil équivalent.