Un vaste trafic d'armes démantelé: 46 personnes en garde à vue

JUSTICE Une importante filière de trafics d'armes et de ventes via Internet a été démantelée, ce mardi, en France...

G.D. avec AFP

— 

Illustration d'armes à feu.
Illustration d'armes à feu. — P.Magnien / 20 Minutes

« De très nombreuses armes, éléments d’armes et munitions ont été découverts lors des opérations de perquisition, qui se poursuivent à l’heure actuelle », annonce le parquet de Lille. Quarante-six personnes ont été placées, ce mardi, en garde à vue dans le cadre du démantèlement d’un important réseau de trafic d’armes.

Grosse mobilisation

« Cette vaste opération concerne 71 clients de cette filière, mobilise 24 sections de recherches de la gendarmerie nationale ainsi que de très nombreux effectifs de la gendarmerie nationale », a indiqué le parquet de Lille dans un communiqué transmis à l’AFP.

Une information judiciaire a été ouverte le 31 mars 2014 à la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille. Elle visait à enquêter sur des faits d’acquisition, détention, commerce et importation d’armes de catégories A et B en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de préparation de crimes ou de délits punis de dix ans emprisonnement.

Armes vendues sur internet

Les investigations, confiées à la section de recherches de gendarmerie de Rouen, ont établi « l’existence d’un important réseau de revente d’armes de guerre ». Elles étaient vendues sur Internet par un ressortissant français à l’étranger. L’homme, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a été interpellé en février 2015 et de très nombreuses armes et munitions, notamment des fusils et pistolets-mitrailleurs ont été saisis dans plusieurs de ses domiciles, en France et au Luxembourg.

Il a été mis en examen en février et placé en détention provisoire. Les enquêteurs ont pu ensuite retracer les nombreuses transactions d’armes liées au mis en examen et identifier les bénéficiaires de ces ventes d’armes, conduisant à la vague d’interpellations de ce mardi.