Image tirée d'une vidéo fournie par l'association Calais Migrant Sodidarity (CMS) montrant des policiers et un migrant sur le bord d'une route près de Calais dans le nord de la France, le 12 mai 2015
Image tirée d'une vidéo fournie par l'association Calais Migrant Sodidarity (CMS) montrant des policiers et un migrant sur le bord d'une route près de Calais dans le nord de la France, le 12 mai 2015 — CMS

SOCIÉTÉ

Calais: Toujours plus de migrants découverts dans les camions

Le nombre d’interceptions de clandestins cachés dans des camions a plus que doublé depuis l’année dernière…

A Calais, les interceptions, par les policiers français, de clandestins cachés à bord de camions ont explosé, a indiqué, mardi, le directeur de la Police aux frontières (PAF) de la zone Nord Pas-de-Calais, Patricio Martin.

« Leur nombre s’est élevé à 18 170 du 1er janvier au 21 mai », détaille le directeur de la PAF. Notons que de janvier à mi-mai 2014, le nombre de personnes interpellées dans des camions était de 8 336.

« Le nombre de clandestins a considérablement augmenté »

« Si 10 ou 15 migrants sont descendus d’un camion, ils peuvent le jour même réessayer et être ainsi comptés plusieurs fois », a expliqué le directeur zonal de la PAF, basé à Lille. Néanmoins « il y a une augmentation très importante des interceptions parce que le nombre même de migrants présents en permanence à Calais a lui-même augmenté considérablement, passant de 300 à 400 clandestins il y a deux ans à quelque 2.500 aujourd’hui ».

Sur mille fonctionnaires de la PAF de la zone, 500 sont en poste à Calais et dans sa région, notamment à Coquelles, près du tunnel sous la Manche. « Nous restons sereins. La PAF travaille bien. Ce n’est pas qu’un problème policier. Il y a les aspects internationaux », a-t-il observé.

De plus en plus difficile de passer en Angleterre

A cet afflux de migrants arrivant dans le Calaisis, s’ajoute un effet goulot d’étranglement puisqu’il est, selon le directeur de la PAF, « de plus en plus difficile de passer en Angleterre », notamment en raison des grillages hérissés de barbelés mis en place aux abords de la rocade menant au tunnel sous la Manche.

Les clandestins sont repérés de différentes manières : les chauffeurs de poids lourds signalent la présence de passagers illégaux, ou bien ceux-ci sont détectés par des chiens policiers ou par les appareils électroniques des portiques installés à cet effet.

Les renforts ne suffisent pas

Certaines circonstances favorisent aussi les prises d’assaut des camions : « Quand il y a des travaux sur Eurotunnel, limitant la circulation des trains, ou des encombrements sur l’autoroute, des grèves, ou encore des camions bloqués, il y a forcément plus de tentatives de fraudes », a-t-il expliqué.

Patricio Martin a souligné le rôle des renforts annoncés l’an dernier par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve (trois compagnies de CRS et un demi-escadron de gendarmes mobiles), qui participent activement aux opérations dites d’interception. « Les renforts de CRS et d’unités spécialisés ne suffisent pas », a réagi Renaud Roussel, du syndicat Alliance. Il réclame « une vingtaine » d’effectifs pérennes supplémentaires, rattachés au commissariat central de Calais.