Illustration d'un TER à la gare de Llle Flandres.
Illustration d'un TER à la gare de Llle Flandres. — M.LIBERT/20 MINUTES

TRANSPORTS

Nord: L'UFC-Que Choisir dénonce les trop nombreux retards du TER

Les retards et les annulations de TER sont dans le collimateur de l'association UFC-Que Choisir qui va lancer une pétition...

Marre de patienTER ? C’est avec ce slogan que l’association UFC-Que Choisir dénonce, dans sa nouvelle campagne, les retards de trains régionaux qu’elle juge trop important au regard de la subvention versée par la région. A l’approche des élections régionales, l’association lance, cette semaine, une pétition qu’elle va transmettre aux candidats et une application Smartphone pour recenser les retards*.

 

Mauvais classement de la région

En 10 ans, les TER ont perdu 3,3 points de ponctualité, passant du taux de 94% à 90,7%. «Le Nord-Pas-de-Calais se classe à la 12e place des 20 régions qui administrent les TER», souligne Robert Bréhon, président régional de l’UFC-Que Choisir. A propos des annulations de trains, c’est encore pire, la région est 13e. Or, l’association a fait le comparatif: les coûts d’exploitation s’élèvent à 21 euros du train-km dans la région alors qu’il est, par exemple, de 14,7 euros en Allemagne pour une ponctualité qui atteint les 95%.

Densité du trafic et vétusté des voies

«Il est difficile de comparer les coûts d’exploitation, souligne Bruno Wallart, secrétaire général CGT des cheminots de Lille. La difficulté de la gestion du trafic vient plutôt de la densité du trafic et la région possède un des plus importants maillages ferroviaires de France.»

Autre explication livrée par la SNCF: «Notre réseau est très vieillissant, certains aiguillages datent même de 1930». «Voilà longtemps qu’on réclame que l’Etat remette en état les infrastructures», précise Bruno Wallart qui reconnaît aussi que «les pannes de matériels sont aujourd’hui plus nombreuses». Les raisons? «Il faut aller plus vite pour réparer et nous n’avons pas encore acquis toutes les compétences pour les nouveaux matériels», selon Bruno Wallart.

Pénalités trop faibles

Enfin, pour l’UFC-Que choisir, les faibles pénalités infligées par la région à la SNCF pourraient expliquer cette «désinvolture de la SNCF». «En moyenne, moins de 1% du total des subventions versées et les abonnés qui subissent ces retards ne sont pas indemnisés», dénonce Robert Bréhon. Ces pénalités devraient augmenter avec la nouvelle convention signée entre la région et la SNCF.

* Sur url.quechoisir.org/transports