Régionales: Xavier Bertrand promeut le «travail» et réfute tout front républicain

INFO 20 Minutes Le chef de file de l'UMP en Nord-Pas-de-Calais Picardie ne veut pas de «magouilles» dans l'entre-deux tours...

Olivier Aballain

— 

Xavier Bertrand, chef de file UMP aux régionales 2015
Xavier Bertrand, chef de file UMP aux régionales 2015 — IBO

Dans un entretien à paraître vendredi dans 20 Minutes, Xavier Bertrand, chef de file de l’UMP pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (les 6 et 13 décembre), évoque le lancement de sa campagne axée sur la « région au travail ». Et il refuse toute idée de front républicain contre le Front national, pourtant évoquée jusque dans son camp.

Sous quel mot d’ordre lancez-vous votre campagne des régionales ?

Ce sera «Notre région au travail». Il n’y aura pas 110 ou 60 propositions dans le programme que nous présenterons à la rentrée, mais une priorité, le travail. Je veux que chaque élu occupe le terrain, au service de ceux qui veulent travailler, retravailler ou qui donnent du travail. Toutes les politiques de la future grande région doivent être portées en fonction de cette valeur.

Vous estimez que ce n’est pas le cas aujourd’hui ?

Notre région sera la 3e de France en termes de population, mais c’est la dernière sur le travail à cause de son taux de chômage, qui est plus élevé de 25 % que la moyenne nationale. Par sa taille, cette région doit être la première, ou parmi les premières, partout. Si la majorité actuelle pense bien faire avec de tels résultats, c’est terrible.

Quelles actions souhaiteriez-vous mettre en œuvre ?

Il faudra mettre en place des maisons de la région dans chaque territoire, pour que les élus agissent sur le terrain. Actuellement, ça ronronne. Je connais les difficultés de nos territoires, et je vois la colère de la population.

Votre adversaire principal sera-t-il le Front National ?

Sur le papier, le FN part favori. Mais Marine Le Pen n’est pas attachée à cette région, et elle n’a pas envie de s’y présenter. Si les électeurs refusent le système PS, qu’ils votent pour nous.

Qui sera présent sur votre liste ?

Elle sera dévoilée fin octobre. Mais je vous annonce que le vice-président à l’Économie sera un chef d’entreprise, et que d’autres personnes de la société civile seront à mes côtés.

Ferez-vous barrage au FN ?

Si nous sommes en tête, nous aurons la majorité des sièges et nous dirigerons la région. Dans tous les cas, il n’y aura aucune combinaison. La liste sera la même au premier et au second tour. Les magouilles, c’est fini.

Serez-vous un élu de Picardie ?

Je l’ai déjà dit, Lille doit être la capitale et la locomotive de cette région. Mais cela ne doit pas se faire au détriment des autres territoires. C’est pourquoi je lancerai ma campagne le 18 juin à Bousbecque. C’est symbolique de mon attachement également à la ruralité.