La cour d'appel britannique tranche en faveur de My Ferry Link

TRANSPORT Le jugement, rendu vendredi matin, annule l’interdiction faite à la compagnie française d’exploiter le port anglais de Douvres…

Mikael Libert

— 

Calais, le 15 aout 2014. Un bateau de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais.
Calais, le 15 aout 2014. Un bateau de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais. — M.Libert/20 Minutes

Une très bonne surprise. Contre toute attente, c’est My Ferry Link qui gagne son bras de fer judiciaire qui l’opposait à l’Autorité de la concurrence (CMA) britannique.

« Plus aucune entrave »

« C’est une très bonne nouvelle », se félicitait Jean-Michel Giguet, Directeur général (DG) de la Scop My Ferry Link, vendredi en fin de matinée. La cour d’appel britannique a donc rendu un jugement « entièrement en faveur » de la compagnie de ferries française dans son combat judiciaire qui l’opposait à la CMA. La décision judiciaire qui vient d’être cassée interdisait aux navires de la Scop d’accoster au port de Douvres, en Angleterre. « Nous avons annoncé la nouvelle tout de suite aux 600 salariés, poursuit le DG. Nous n’avons, à l’heure actuelle, plus aucune entrave pour exploiter la ligne Calais-Douvres ».

Le secrétaire d’Etat chargé du Transport s’est, lui aussi, félicité du jugement : « C’est une excellente nouvelle pour l’armement sous pavillon français et pour l’emploi à Calais », a déclaré Alain Vidalies dans un communiqué.

Deux inconnues

Néanmoins, il subsiste encore plusieurs inconnues. D’une part, l’Autorité de la concurrence britannique a encore la possibilité de faire appel de la décision de la cour d’appel. « Nos avocats nous ont fait part de cette éventualité, mais la procédure semble longue et complexe. Il n’est toutefois pas possible de l’exclure », explique Jean-Michel Giguet.

D’autre part, suite à ce jugement, le groupe Eurotunnel n’est plus obligé de vendre les trois bateaux qu’il loue à la Scop. « Savoir quelle sera la position d’Eurotunnel, c’est notre prochaine échéance à court terme », glisse le DG. Du côté de l’exploitant du Tunnel, personne ne désirait commenter, vendredi, la décision de la cour britannique.