Calais: La compagnie transmanche MyFerryLink fixée en appel vendredi

JUSTICE La cour d'appel du Royaume-Uni se prononce vendredi sur le dossier de la seule compagnie de ferries française active dans le détroit du Pas de Calais...

Olivier Aballain

— 

Calais, le 15 aout 2014. Un bateau de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais.
Calais, le 15 aout 2014. Un bateau de la compagnie My Ferry Link entre au port de Calais. — M.Libert/20 Minutes

L’horaire de la prochaine étape du marathon judiciaire anglais de MyFerryLink est connu : c’est vendredi, à 10h, que la chambre civile de la cour d’appel du Royaume-Uni rendra sa décision sur l’avenir de compagnie de ferries française (600 salariés).

Annonce de la décision de la cour d’appel

 

Les juges doivent se prononcer sur l’appel, formé par la coopérative (SCOP) héritée de l’ex-SeaFrance, contre la décision d’interdire à MyFerrylink d’accoster à Dover (Angleterre) à partir du 9 juillet.

Eurotunnel en position dominante ?

Les autorités britanniques ont prononcé cette interdiction le 9 janvier après avoir confirmé l’analyse de l’autorité de la concurrence du royaume, estimant qu’Eurotunnel bénéficiait, grâce à MyFerryLink, d’une position dominante affectant la concurrence dans le trafic transmanche.

Eurotunnel est soupçonné d’avoir fusionné, de fait, avec l’ancienne SeaFrance, en rachetant trois de ses navires pour les louer à MyFerryLink. En outre, l’opérateur du tunnel ferroviaire sous la Manche assure la commercialisation des rotations maritimes assurées par MyFerryLink.

La Scop SeaFrance, qui pilote MyFerryLink, conteste l’analyse britannique, mais Eurotunnel n’a pas fait appel et préfère se concentrer sur la recherche de repreneurs.