Roubaix: La famille harcelée sera reçue mardi par le maire

FAITS DIVERS Les Godefroy ont dû déménager à cause de la présence de délinquants au bout de la rue...

Olivier Aballain

— 

La rue Desaix, à Roubaix, où réside la famille Godefroy.
La rue Desaix, à Roubaix, où réside la famille Godefroy. — Google

«Ils ont gagné une bataille mais ils n'ont pas gagné la guerre».

Philippe Godefroy n'entend pas en rester là. Certes, après un an de harcèlement il a quitté dimanche sa jolie maison de la rue Desaix, à Roubaix. Certes, il dort à l'hôtel avec sa femme et ses enfants, en attendant une proposition de relogement en dehors de Roubaix.

Mais l'homme compte bien continuer son combat pour empêcher une poignée de jeunes délinquants de terroriser le quartier. «Je veux que les gens n'aient plus peur de parler, que l'on organise une réunion, avec la mairie, pour que la parole se libère». Le maire UMP, Guillaume Delbar, recevra le couple Godefroy mardi après-midi.

«Zone de non-droit»

Car la famille est appuyée par la municipalité de Roubaix. «A cause du manque de moyens de la police et de la justice, certains mineurs délinquants peuvent changer un quartier calme en une zone de non-droit», explique Milouda Ala, élue en charge des Quartiers.

La maison des Godefroy faisait l'angle, à côté d'un point de trafic: elle dérangeait. Alors sur leur déménagement, la 3e adjointe au maire est très, très amère: «C'est comme si c'était moi qui déménageais. C'est horrible de voir que ce sont les victimes qui sont obligées de partir.»

Pour l'élue, il faut «légiférer» pour changer le statut des mineurs. «On peut demander à la police de passer plus souvent. Mais lorsque les trafiquants sont pris en flagrant délit et libérés deux heures plus tard, il faut changer les choses.»