« Pourquoi pas un contrôle technique ? »

©2007 20 minutes

— 

Alain Cacheux

Adjoint (PS) en charge

de l'Habitat à la mairie de Lille.

En quoi consiste la convention signée hier soir entre le conseil municipal et la CAF ?

Nous interviendrons à chaque fois qu'un locataire signalera que son logement est indécent à la CAF. Une équipe de la ville visitera le logement dans le mois qui suit. Si l'insalubrité est avérée, nous agirons en lien avec la CAF.

De quelles façons ?

Les aides de la CAF qui sont souvent versées directement aux propriétaires seront suspendues. Dans le même temps, nous verrons comment reloger la famille concernée. On pense devoir agir sur 300 à 400 dossiers sur les 18 000 répertoriés à la CAF de Lille.

Et pour ceux qui ne sont

pas répertoriés et dont

le logement est insalubre ?

Nous n'avons aucun moyen de les contacter. Nous comptons sur le réseau mis en place avec les assos et les maisons de quartier.

A l'image de Roubaix,

allez-vous aussi expérimenter la déclaration de location ?

Oui, nous allons la lancer à Fives. Mais il y a encore beaucoup d'interrogations. Car il faut visiter chaque logement dès sa mise en location. A Lille, il faudrait multiplier par cinq le nombre d'inspecteurs. Moi, je suis favorable à un contrôle technique du logement. On le fait déjà pour les voitures avec l'aide de garages privés. Alors, pourquoi pas ?