Nord: La SNCF jugée pour la mort des deux fans du Losc en 2009

JUSTICE Desu supporters lillois avaient été fauchés par un RER après s'être égarés au retour du Stade de France...

Olivier Aballain

— 

Paris le 28 janvier 2013. Illustration batiment Siege social de la SNCF.
Paris le 28 janvier 2013. Illustration batiment Siege social de la SNCF. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le drame avait complètement gâché la fête des supporters du Losc, venus soutenir leur équipe contre Lyon au Stade de France, le 7 mars 2009. Six ans après la mort de deux d'entre eux, heurtés par un RER en rentrant du stade, la SNCF doit être jugée lundi au tribunal de Bobigny.

Jordan, 10 ans, et Sullivan, 18 ans, avaient été fauchés avec un groupe de supporters vers 23h30 sur un pont ferroviaire, tandis qu'ils tentaient de rejoindre leur car stationné à 600 mètres du stade.

«Ils ont vu une grille ouverte»

Le petit groupe de supporters des «Ch'tis Dogues de la Lys» souhaitait reprendre le chemin suivi à l'aller, mais il s'est perdu après avoir été bloqué par un barrage de police. «Ils ont vu une grille ouverte, sans panneau signalétique. Il n'y avait pas d'éclairage», raconte Me Laurent Guilmain, conseil de l'une des onze personnes blessées par ailleurs dans l'accident, ce soir-là.

«La SNCF n'a pas fait le nécessaire. A partir du moment où il y a des endroits dangereux, il faut tout faire pour éviter qu'on puisse y accéder», explique pour sa part Me Patrick Delbarre, avocat de la famille de Jordan. La SNCF a précisé avoir effectué deux tournées de surveillance le mois précédant le drame, mais pour l’accusation il ne s'agissait pas d'un «véritable contrôle».

Jusqu'à 450.000 euros d'amende

Le juge d'instruction a donc considéré que le transporteur avait commis une faute «caractérisée», et l'a renvoyé devant le tribunal pour «blessures» et «homicides involontaires».

L'entreprise, en tant que «personne morale», risque une amende pouvant atteindre 450.000 euros, mais une demande de renvoi de l'audience a été formulée par l'une des parties.