Lille: Transpole accumule les millions de déficit

TRANSPORTS Dans le rouge depuis 2012, l'opérateur lillois de transports en commun ne parvient pas à redresser la barre...

Olivier Aballain
— 
La station Lille-Flandres sur le réseau de métro Transpole.
La station Lille-Flandres sur le réseau de métro Transpole. — M.Libert/20 Minutes

L'horizon ne s'éclaircit pas chez Transpole. Selon nos informations, les comptes de l'opérateur des transports en commun de l'agglomération lilloise vont encore s'enfoncer dans le rouge en 2015, après des années 2013 et 2014 déjà largement déficitaires. Cette fois, le résultat négatif pourrait flirter avec la barre des 20 millions d'euros.

A l'automne 2014, la direction de Transpole indiquait à 20 Minutes qu'elle espérait se rapprocher des 10 millions d'euros de déficit, après un trou de 17 millions d'euros en 2013. Mais la réalité est toute autre: selon nos informations, le déficit 2014 devrait en réalité atteindre 16,5 millions d'euros.

Un contrat déséquilibré

Par le passé, l'opérateur invoquait les difficultés de mise en place de la nouvelle billettique «sans contact» pour expliquer en partie le trou d'air de 2013. Ainsi en 2012, Transpole n'accusait «que» 7,8 millions d'euros de résultat d'exploitation négatif.

Retrouvez ici notre enquête sur le vrai coût du système Pass'Pass

Mais il se pourrait que le mal soit plus profond. Patrick Trinel, élu CFDT au comité d'entreprise, met aussi en cause les conditions négociées dans le contrat de délégation de service public passé en 2011 avec la métropole (MEL): «Ce contrat a été mal négocié, il fixe des objectifs irréalisables.» L'année 2011 était d'ailleurs la dernière année de résultat positif. Depuis, le retard de fréquentation par rapport aux objectifs du contrat atteint les 14%, ce qui pèse sur les recettes attendues.

Expertise à suivre

La situation n'est d'ailleurs pas près de s'améliorer, avec le report de deux ans, à 2018, du doublement des rames du métro ligne 1. «Et puisque la direction veut faire des économies, poursuit Patrick Trinel, cela dégrade les conditions de travail, ce qui empêche l'entreprise de repartir du bon pied.» Fait rare, cette année les négociations salariales annuelles (+0,41% d'augmentation proposée) n'ont d'ailleurs été ratifiées par aucun syndicat.

Seule lueur d'espoir, pour l'heure: l'expertise commandée conjointement par la MEL et Transpole pour déterminer la «compensation» qui pourrait être versée à Transpole en raison des ratés du système billétique Pass'Pass. Le résultat n'est pas attendu avant la fin 2015.

Contactée, ni la direction de Transpole, ni celle de la maison-mère Kéolis, n'ont souhaité s'exprimer. En 2014, Kéolis a réalisé un bénéfice de 323 millions d'euros, en hausse de 15,4%.