Nord: «Nous allons devoir cesser de vivre au dessus de nos moyens», prévient Jean-René Lecerf

POLITIQUE Le futur patron du Conseil départemental du Nord a déjà une idée précise de ce qu'il veut faire...

Olivier Aballain

— 

Jean-René Lecerf, futur président du Nord
Jean-René Lecerf, futur président du Nord — M. Libert / 20 Minutes

Jean-René Lecerf y est presque. Après la victoire de dimanche (54 élus sur 82), le chef de file de l'union de la droite devrait être facilement élu, jeudi, président du Conseil départemental du Nord. Et il a déjà quelques pistes pour les six ans à venir.

Vous aviez de bonnes relations avec l'exécutif socialiste sortant. Qu'est-ce qui va changer avec l'arrivée de la droite au pouvoir?

Nous allons devoir cesser de vivre au dessus de nos moyens. Les collectivités locales doivent s'adapter à la baisse des ressources pour pouvoir recommencer à investir.

Comment comptez-vous baisser les dépenses?

Je pense que nous pouvons baisser la masse salariale du Département de 8%, sans que cela ne soit douloureux. Cela représente 45 millions d'euros économisés par an. Il ne s'agit pas de diminuer le nombre d'assistantes sociales ou les moyens affectés aux centres de PMI (Protection Maternelle et Infantile), mais il y a une marge. Je pense à la communication, où l'on doit quand même pouvoir fonctionner avec moins de 50 agents. Je veux aussi supprimer les présidences de commission, qui font doublon avec les vice-présidents et permettaient d'employer deux assistants... Ce sont des coûts dont on peut se passer.

Cela pourrait inquiéter les fonctionnaires du département, souhaitez-vous les rassurer?

Non. Il y a des gens qui se plaignent d'aise. Quand on a la sécurité de l'emploi alors qu'il y a 14 ou 15% de chômage autour de soi, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

Dans quels domaines souhaitez-vous investir?

Nous voulons agir sur l'emploi, auprès des allocataires du RSA et des entreprises. Pour redistribuer la richesse, il faut créer de la richesse. J'ai donc rencontré des patrons nordistes. Ils sont d'accord pour regarder avec bienveillance les profils des allocataires du RSA, que leur transmettraient les services du Département. Je pense que nous pourrions ainsi aider jusqu'à 20% des allocataires (plus de 140.000 dans le Nord).

Comptez-vous remettre en cause certains engagements du Département?

Après paiement de la dette, notre épargne est en déficit de 30 millions d'euros. Nous ferons réaliser un audit. Mais il va falloir éviter les dépenses dans des domaines déjà pris en charge par d'autres collectivités, comme l'aide à l'installation des entreprises, la culture, le sport. Si nous ne pouvons pas faire autrement, il faudra arrêter.

Cela peut-il concerner le Canal Seine-Nord, pour lequel le Nord s'est engagé à hauteur de 200 millions d'euros?

Le problème ce n'est pas l'engagement sur le projet, qui est étalé sur 50 ans. Le problème c'est de savoir si notre budget permet de payer. Et quand on regarde le budget 2015, la réponse est non. Nous regarderons cela de près.

Comment se déroule l'élection ?

Le président du Conseil départemental sera élu jeudi à la majorité absolue des 82 membres de l'assemblée nordiste. L'UMP-UDI, avec 54 élus, pourra donc faire désigner son chef de file Jean-René Lecerf dès le premier tour. Le nouveau président aura alors la charge de désigner les vice-présidents qui l'assisteront dans sa tâche (comme le maire désigne ses adjoints et leurs délégations). Jean-René Lecerf a déjà annnoncé que son 1er vice-président serait Christian Poiret, élu du Douaisis.