Départementales: La gauche perd le Nord mais conserve le Pas-de-Calais

POLITIQUE L'union UMP-UDI remporte le département du Nord, la gauche conserve le Pas-de-Calais et le FN repart bredouille...

Olivier Aballain

— 

Jean-René Lecerf, le leader de la droite dans le Nord.
Jean-René Lecerf, le leader de la droite dans le Nord. — M.Libert/20 Minutes

C’était annoncé, le Nord a basculé à droite. Mais ce n’est pas le bouleversement que certains espéraient ou redoutaient. D’abord parce que le Pas-de-Calais devrait rester à gauche. Ensuite, parce que les partis traditionnels paraissent avoir repris la main, avec un FN circonscrit à 6 cantons, tous dans le Pas-de-Calais. Le point, tendance par tendance.

Suivez les résultats et réactions en direct par ici

Le parti socialiste et ses alliés.

La gauche a résisté au maximum dans le Nord en remportant tous les duels qui l’opposaient au Front National. Au total, l’ancienne majorité départementale PS-Front de Gauche devrait conserver 15 cantons, donc 30 élus sur 82. Dans le Pas-de-Calais elle fait bien mieux et devrait même disposer d’une courte majorité absolue avec 20 cantons remportés sur 39, dont celui du président sortant Michel Dagbert, réélu contre le Front National, qu’il devançait de moins de 20 voix au premier tour. Martine Aubry a appelé François Hollande à «renforcer la lutte contre les inégalités» en réaction à ce vote de «protestation nationale». Mais Patrick Kanner rappelle qu’il a été élu confortablement dans son canton de Lille-5 (59,5% des voix) alors qu’il est lui-même membre du Gouvernement. Les lendemains de défaite promettent d’être agités.

Retrouvez tous les résultats canton par canton sur notre carte interactive

L’UMP-UDI.

La droite progresse partout. Dans le Nord, elle a remporté 26 cantons (52 élus), soit la fourchette haute de son bilan d’après-premier tour, soit une majorité très confortable pour appliquer le «changement de politique» promis par son leader Jean-René Lecerf. Au programme : des économies, notamment sur la masse salariale, pour «redémarrer l’investissement, et l’accompagnement des entreprises, des artisans». Dans le Pas-de-Calais, le nombre d’élus UMP-UDI passe de 12 à 26 (13 cantons remportés).

Le Front national.

Après les gros scores du premier tour, c’est un peu le reflux. Le Front National, qui pouvait espérer jusqu’à 19 cantons dans le Pas-de-Calais, n’en a finalement gagné que 6, dont ses deux «bastions» d’Hénin-Beaumont 1 et 2. Mais dans le Nord, le Front National repart bredouille alors qu’il était présent au 2e tour dans 38 des 41 cantons. Le front républicain appliqué également par le PS, le Front de Gauche, l’UMP et l’UDI a joué pleinement.