Nord: Les vendeurs de Darty remplacés par des robots?

TECHNOLOGIES L'enseigne a lancé un test national pour utiliser le robot Nao en tant que démonstrateur de produits connectés...

Mikael Libert

— 

Le robot Nao, démonstrateur chez Darty, à Englos, près de Lille.
Le robot Nao, démonstrateur chez Darty, à Englos, près de Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Ce n'est plus de la science-fiction. L'enseigne Darty teste la possibilité d'utiliser des robots humanoïdes pour faire des démonstrations de produits connectés. Vendredi, c'était au tour du magasin de Englos, près de Lille, de recevoir la visite de Nao, le «robot vendeur».

Nao trône sur son piédestal, dans le salon connecté du magasin Darty, à Englos. Ce robot humanoïde, fabriqué par la société française Aldebaran, est un concentré de technologie de 58 cm de haut. Il sait tout faire, ou presque. Même chroniqueur dans l'émission de Thierry Ardisson, «Salut les terriens». Chez Darty, le cousin de «Jean-mi» ne parle pas politique. Nao est chargé de faire la démonstration de «lampes connectées» aux clients.

Reconnaissance faciale

«Il propose une ambiance lumineuse au client qui s'arrête près de lui», explique Olivier Jardeaux, le directeur du magasin. Le robot peut reconnaître différentes expressions faciales grâce à ses capteurs: «Si le client sourit, Nao sait qu'il est content et continue son argumentaire», poursuit le directeur. Le petit robot peut aussi prendre en compte les interactions vocales et accompagner sa «voix» par une gestuelle calquée sur l'être humain. «Les clients sont forcément attirés, c'est nouveau, ludique. les gens sont curieux», glisse Olivier Jardeaux.

Mais, si mignon soit-il, sans les programmeurs, Nao n'est rien de moins qu'une coque vide. Darty a fait appel à la société Hoomano pour développer la partie logicielle de l'expérimentation. «C'est de la programmation en code, un peu sur le même principe que pour les jeux vidéo», avance Rémy de chez Hoomano. Le Nord est la quatrième étape française de Nao, et son logiciel évolue à chaque fois: «Nous venons d'inclure la reconnaissance faciale et, demain, ça peut être autre chose. En théorie, il n'y a pas d'autres contraintes que le temps et la technique», déclare-t-on chez Hoomano.

Le «facteur humain»

Alors, verra-t-on bientôt des Nao à la place des vendeurs? «Certainement pas, affirme le directeur du magasin. Dans le business, rien ne peut remplacer le facteur humain». C'est aussi l'avis de Bjorn, vendeur multimédia: «Nao est un super-démonstrateur. A terme, il pourra peut-être nous libérer de certaines tâches mais remplacer les vendeurs, je suis persuadé que non».