Lille: Les raisons du retard de chantier dans le métro

TRANSPORTS La mise en service des doubles rames n'interviendra pas avant 2018...

Olivier Aballain

— 

Le chantier d'aménagement des stations du métro lillois
Le chantier d'aménagement des stations du métro lillois — O. Aballain

C'est probablement le plus gros chantier de la métropole lilloise depuis la construction du stade Pierre-Mauroy. Le retard de deux ans des travaux de doublement de la capacité des stations de la ligne 1 du métro a été confirmé par Gérald Darmanin, le vice-président aux Transports de la métropole lilloise (MEL). Mais ce n'est pas vraiment une surprise pour l'élu, qui a quelques explications à donner.

«C'est un chantier très complexe, qui coordonne 230 entreprises, et se déroule sans arrêt de l'exploitation, avec le souci de ne pas affecter les usagers, confie le maire UMP de Tourcoing. On reste dans un retard comparable à celui de l'extension de la ligne 14 du métro parisien

Amiante, nouvelles normes et puissance électrique

Les raisons du retard sont légion: désamiantage des bouches d'aération (le confinement est bien visible à la station de Lille-Rihour, notamment), adaptation aux nouvelles normes sismiques et de sécurité, adoptées depuis le vote (fin 2011) en communauté urbaine, aléa climatique pour les stations en extérieur... «Sur un chantier à 620 millions d'euros, ce type de délai est compréhensible», estime Gérald Darmanin.

Un dernier élément a retardé les travaux, selon nos informations: la maîtrise d'ouvrage a dû faire réaliser une étude sur la puissance électrique nécessaire au transport de rames deux fois plus longues.

La mise en service du métro «doublé» est maintenant programmée pour 2018, contre fin 2015 selon les premières estimations. Dans La Voix du Nord, Gérald Darmanin indique que les retards ne devraient pas avoir de conséquences financières négatives pour la métropole.