Le socialiste Patrick Kanner, ministre de la Ville et ancien président du Nord.
Le socialiste Patrick Kanner, ministre de la Ville et ancien président du Nord. — M.Libert/20 Minutes

POLITIQUE

Départementales: Pourquoi le PS a (déjà) perdu le Nord

Les socialistes sont éliminés dans une majorité de cantons du département du Nord...

Ils redoutaient la défaite au lendemain du 29 mars, elle est déjà là le 23. Les socialistes nordistes doivent bien se rendre à l'évidence, à la lecture des résultats du premier tour des élections départementales: ils ont perdu le Nord.

L'équation est simple. La gauche est proprement éliminée du second tour dans 23 des 41 cantons. «La campagne sur le vote utile n'a pas marché, mais alors pas du tout du tout», a commenté un Didier Manier dépité dimanche soir. Le président (PS) du conseil départemental sortant est lui-même en ballotage, dans son canton de Villeneuve d'Ascq, avec 4 points d'avance sur le binôme rival UMP-UDI.

Promis à la droite républicaine

Même en réalisant un grand chelem sur les 18 cantons restants (dont 12 périlleux duels face au FN), le PS et ses alliés naturels n'auront pas de majorité pour gouverner, avec un maximum de 36 conseillers sur 82.

L'assemblée départementale, tenue par le PS depuis 1998, paraît dorénavant promise à l'alliance UMP-UDI. Les candidats de droite sont, eux, qualifiés pour le 2e tour dans 27 cantons. Il faut y ajouter celui de Lille-2, emporté dès le premier tour (à 59,8%) par le chef de file de cette droite «républicaine», Jean-René Lecerf. Seuls deux cantons verront un duel UMP-PS au 2nd tour. C'est la fin d'une époque.